guernica de picasso

guernica de picasso

Publié le 27 mars 2011 il y a 3A par ptitcoeuradorer@hotmail.fr - Fin › 29 mars 2011 dans 3A
5
10

Sujet du devoir

je dois trouver pour ce devoirs : genre ? le style ? composition ? traitement de l'espace ? traitement de la lumiére ? circulation des regards ? taile ? materiaux , Medium ? outils ? couleurs ? le support ? denotation et connotation de chaque élèment : - le cheval , le taureau , la colombe , les femmes , la mére et l'enfant , la lampe , la lanterne , la flammes , la fleur , l'épée , la couleur , la fragmentation des formes
ce que l'artiste a voulu raconter ? pour qui et pour quel lieu l'artiste a t-il fait cette oeuvre ? dans quel but l'artiste a t-il réalisé cette oeuvre ?

Où j'en suis dans mon devoir

mon travail déja effectué est : support , denotation et connotation du cheval , du taureau , des femmes , de la mére et de l'enfant , de la lampe , la lanterne , les flammes , la fleur , l'épée , la couleur , la fragmentation des formes . pour qui et pour quel lieu l'artiste a t-il fait cette oeuvre ? dans quel but l'artiste a t-il réalisé cette oeuvre ?


10 commentaires pour ce devoir


Ils l'ont aidé !


flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011
bonjour,

Tape ta demande dans le moteur de "recherche" car ce sujet est fréquemment abordé soit en français, en arts plastiques et en histoire. Tu as de quoi répondre à tes attentes.


flower93
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
Posté le 27 mars 2011
c'est ce que j'ai fait , mais je ne trouve pas !
flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011
ok je reviens, je vais de faire un copié/collé. A +
flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011
Picasso multiplie les études dés le 30 avril 1937. A la mi juin il livre son tableau au pavillon espagnol de l'exposition universelle. Les grandes dimensions de Guernica répondent a un souci de visibilité. La barbarie du bombardement du 26 avril doit être dénoncée efficacement.

1) Un tableau monochrome :

La monochromie du tableau s'explique de plusieurs façons. Tout d'abord à la gravité du sujet répond l'austérité de l'absence de couleur. Par ailleurs le noir et blanc évoque la presse. Picasso, informé par voie de presse, a incorporé à son oeuvre de nombreuses références à celle ci. Par exemple le pelage du cheval, fait de petit traits serrés, réguliers et alignés rappelle les caractères typographiques.

2) La pièce maîtresse : le cheval blessé.
Placé au centre de la composition, il symbolise, des dires même du peintre, le peuple. La liberté est mourante. Comme pour la mère portant son enfant mort, la douleur est exprimée par la langue pointue comme un couteau.

La lance qui transperce le flanc du cheval rappelle celle qui blesse la poitrine du Christ. La crucifixion est l'archétype de la souffrance et de l'agonie. (analyse empruntée à W. rubin, L'Art dada et surréaliste)

3) Les différents éléments : le taureau.
Le taureau est un symbole de la force brute, de la cruauté. Au milieu de la débâcle il apparaît impassible. L'iconographie tauromachique est une composante fréquente de l'œuvre de Picasso.


Le chœur des femmes : trois femmes sur le coté droit de la composition forme un chœur antique, pleurant la liberté agonisante.


La mère portant son enfant mort : la douleur et les hurlements de la mère sont perceptibles au premier abord, alors que le reste du tableau peut sembler plus difficile d'accès. L'enfant mort dans les bras de sa mère se rapprochent-ils d'une autre image à portée universelle : celle d'une piéta ?



Les bras levés au ciel, en croix, Picasso fait assurément ici une référence au Tres de Mayo de Goya. La comparaison entre ces deux tableaux nés d'une tragédie historique doit être menée avec prudence : Goya peint 6 ans après les faits, et transmet un message de résistance à l'oppression. Picasso peint dans l'urgence, et lance un cri de douleur face à l'anéantissement.



Le symbolisme de la fleur et de l'épée. La fleure est unique mais présente au centre de la composition comme une lueur d'espoir. Sa délicatesse, sa fragilité résonne face au désordre et à l'horreur de la scène. L'épée brisée complète la symbolique de paix. Cependant Guernica n'est en aucun cas un tableau symbolique.



4) Les visages : l'expression de l'universel.
Les yeux, en larme, et la bouche édentée (= personne désarmée) de la femme tombant dans les flammes (Guernica a été bombardé à la bombe incendiaire) exprime la mort d'un peuple désarmé, la lâcheté du bombardement.


La mère portant son enfant mort exprime une douleur universellement compréhensible, et traduit l'horreur de toutes les guerres. Ses yeux en forme de larme, , sa langue en forme de couteau, son visage tourné vers le ciel (d'où est venu le drame), tout en elle exprime la souffrance et le désarroi.
Au premier plan de la composition apparaît un combattant dont le corps est morcelé et décapité. Ce personnage porte sur son visage toute la violence de la guerre : la dentition précise, et la décapitation sont les signes de la brutalité.


Signaler une réponse abusive (copié / collé, aide inutile, ...)


maria06 | 13/03/2011 à 14:23

Le bombardement de la petite ville de Guernica le 26 avril 1937 a causé à Picasso une émotion sans pareille. Aussitôt, il exécute les premiers dessins et met en place les principaux éléments de l'œuvre : le taureau impassible, le cheval agonisant, le combattant étendu sur le sol, la porteuse de lumière. Le 11 mai, Picasso commence l'œuvre sur toile. Il tâtonne, exécute sept versions photographiées par Dora Maar. Ce témoignage de la genèse de l'œuvre est exceptionnel.

Guernica est peint en noir et blanc. Les principales lignes de force du tableau forment un triangle. Au centre, le cheval agonisant, transpercé d'uen lance, domine le combattant blessé. La partie gauche est occupée par l'inébranlable taureau dont l'origine artistique et mythique remonte à l'âge minoen. Il symbolise la force. Trois femmes forment un chœur tragique : celle de droite tombe dans uen maison en flamme, la deuxième s'enfuit en courant et la dernière, une mère, hurle avec son enfant dans les bras. Guernica est un immense cri. Toutes les têtes sont béantes et, sauf celle de la femme témoin et du taureau, tournées vers le haut. Le thème, qu'on retrouve d'ailleurs dans tous les tableaux guerriers de Picasso, jusqu'à l'Enlèvement des Sabines, est celui du massacre des innocents.


flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011

Deuxième aide par un autre intervenant :


Son Inspiration pour ce tableau lui est venu a la suite du bombardement, le 26 avril 1937, de Guernica pendant la guerre civile espagnole, horrifié par ce crime, Picasso se lance dans la création d'une de ses œuvres les plus célèbres : Guernica et il dit: « Cette peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre, offensif et défensif contre l’ennemi. ». Elle symbolise toute l'horreur de la guerre et la colère ressentie par Picasso à la mort de nombreuses victimes innocentes, causée par le bombardement des avions nazis à la demande du général Franco.
Les nombreuses symétries et correspondances dans la composition, le travail minutieux des volumes et des "couleurs" dans les moindre détails prouvent la rigueur dans la réflexion et la recherche (opposition lumière/ténèbres, médiation des gris et des volumes structurant les aplats). La volonté d'équilibre et de lisibilité est évidente entre le panneau de gauche (la tête du taureau dans la lumière, regard impassible, naseaux dilatés), et le panneau de droite (la femme hurlant dans la lumière des flammes de l'incendie)
Il y a une souffrance qui se dégage de l’œuvre et nous saute au visage. Picasso enrichit l’horrible en nous laissant percevoir : une mère qui a perdu son fils, un homme coupé en deux, d'une femme transformée en torche vive … Picasso abuse dans cette œuvre d’un expressionnisme manipulant des moyens de choc : exagération des scènes, des tons, déformation, surtout de la figure humaine, qu’on peut dire une impression de choc.

flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011
est ce que cela te convient ? flower93
tochka
tochka
Posté le 27 mars 2011
Le gouvernement Republicain d'Espagne avait demandé a Picasso de participer a un exposition ou il derait faire un decor mural pour le pavillon d'Espagne pour l'exposition internationale de Paris en 1937(et deux scultures..)Premierement Picasso voulait choisir comme thème: le peintre et son modèle , mais le Bombardement du village Guernica l'as inspiré à peindre "Guernica" .IL l'as peint a Paris, 7 quai des Grands Augustins, dans son atelier.
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
Posté le 27 mars 2011
il me manque des questions aussi
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
ptitcoeuradorer@hotmail.fr
Posté le 27 mars 2011
tu pourrai m'aider ?
flower93
flower93
Posté le 27 mars 2011
Tape directement sur le net "GUERNICA", il y a beaucoup d'analyses,de commentaires de cette oeuvre de PICASSO.

flower93

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte