DM: Rédaction Hémon Antigone Créon

avatar bzp555
bzp555
Publié le 26 févr. 2012 il y a 2A Fin › 4 mars 2012 2A
5

SUJET DU DEVOIR

CREON- Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes. Et Dieu sait si jamais autre chose dans la vie que d'être puissant...
ANTIGONE- Il fallait dire non, alors !
CREON- Je le pouvais. Seulement, je me suis senti tout d'un coup comme un ouvrier qui refusait un ouvrage. Cela ne m'a pas paru honnête. J'ai dit oui.
ANTIGONE- Eh bien, tant pis pour vous. Moi, je n'ai pas dit « oui » ! Qu'est-ce que ce que vous voulez que cela me fasse, à moi, votre politique, votre nécessité, vos pauvres histoires ? Moi, je peux dire « non » encore à tout ce que je n'aime pas et je suis seul juge. Et vous avec votre couronne, avec vos gardes, avec votre attirail, vous pouvez seulement me faire mourir parce que vous avez dit « oui ».
CREON- Ecoute-moi.
ANTIGONE- Si je veux, moi, je peux ne pas vous écouter. Vous avez dit « oui ». Je n'ai plus rien à apprendre de vous. Pas vous. Vous êtes là à boire mes paroles. Et si vous n'appelez pas vos gardes, c'est pour m'écouter jusqu'au bout.
CREON- Tu m'amuses !
ANTIGONE- Non. Je vous fais peur. C'est pour cela que vous essayer de me sauver. Ce serait tout de même plus commode de garder une petite Antigone vivante et muette dans ce palais. Vous êtes trop sensible pour faire un bon tyran, voilà tout. Mais vous allez me faire mourir tout à l'heure, vous le savez, et c'est pour cela que vous avez peur. C'est laid un homme qui a peur.
CREON, sourdement- Eh bien, oui, j'ai peur d'être obligé de te faire tuer si tu t'obstines. Et je ne le voudrais pas.
ANTIGONE- Moi, je ne suis pas obligée de faire ce que je ne voudrais pas ! Vous n'auriez pas voulu non plus, peut-être, refuser une tombe à mon frère ? Dites-le donc, que vous ne l'auriez pas voulu ?
CREON- Je te l'ai dit.
ANTIGONE- Et vous l'avez fait tout de même. Et maintenant, vous allez me faire tuer sans le vouloir. Et c'est cela, être roi !
CREON- Oui, c'est cela !
ANTIGONE- Pauvre Créon ! Avec mes ongles cassés et plein de terre et les bleus que tes gardes m'ont faits au bras, avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine.
CREON- Alors, aie pitié de moi, vis. Le cadavre de ton frère qui pourrit sous mes fenêtres, c'est assez payé pour que l'ordre règne dans Thèbes. Mon fils t'aime. Ne m'oblige pas à payer avec toi encore. J'ai assez payé.
ANTIGONE- Non, vous avez dit « oui ». Vous ne vous arrêterez jamais de payer maintenant !
CREON, la secoue soudain, hors de lui- Mais, bon Dieu ! Essaie de comprendre une minute, toi aussi, petite idiote ! J'ai bien essayé de te comprendre, moi. Il faut pourtant qu'il y en ait qui disent oui. Il faut pourtant qu'il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l'eau de toutes parts, c'est plein de crimes, de bêtise, de misère...

Imaginez que Hémon entre en scène. Il essaye alors de convaincre Antigone et Créon de ne pas faire ce qu'ils s’apprêtaient à faire. Vous ferez une scène de théâtre avec un discours argumentatif de la part des trois personnages.

OÙ J'EN SUIS DANS MON DEVOIR

Hémon entre en scène.
HEMON, en colère- Figurez vous que j'ai entendu toute votre conversation. Père, comment peux-tu me faire cela ?
CREON- Hémon, c'est mon devoir de roi, et je me dois de le résoudre, pour le bien de Thèbes.
HEMON- Mais enfin ! Père, je suis ton fils, Antigone est ma fiancée. Sais-tu ce que cela signifie ?
CREON- Je suis obligé de la tuer. Cette petite idiote ne veut rien entendre. Ce n'est pas à moi que tu dois te plaindre, mais à ta chère fiancée. N'est-ce pas elle qui ne respecte pas les lois de Thèbes ?
HEMON- Certes, mais tu ne peux pas faire tuer ma fiancée. Tu connais Antigone, tu es son oncle ! Quand elle a décidé quelque chose, rien ne peut lui faire changer d'avis. Je ne vois donc peu d'intérêt à la convaincre. C'est toi, père, qui doit changer ceci! Renonce à l'interdiction d'enterrer Polynice. Fais le pour le bien de ta famille.
CREON- Mais je ne peux pas ! Tu sais très bien que je n'ai pas le choix. Je dois montrer l'exemple, je suis le roi.
HEMON- Si tu fais cela, tu sais ce qui arrivera.
CREON, crie- Ceci est une menace ?
ANTIGONE- Non, ne fais pas cela Hémon, je n'en vaux pas la peine. Je ne veux pas que ma mort t'entraîne avec moi. Je t'aime et je veux que tu vives heureux. Ne te mêle pas de mes problèmes. Tu ne peux rien y faire.
HEMON- C'est le destin ! Comme tu l'as dit, il a dit oui, il n'arrêtera jamais de payer.
ANTIGONE- Oui, inconsciemment, je crois que c'est ce que je pensais quand j'ai énoncé cette phrase. Toutefois, je ne veux pas que cela arrive. Tu ne mérites pas la mort.
HEMON- Je serais heureux dans le ciel, je serais avec toi. Sur terre, je serais seul, en deuil, désespéré. Je ne vois aucunement l'intérêt de rester en vie dans ces conditions, sans toi. Père, vous n'avez que deux solutions, renoncer à votre devoir de roi ou bien perdre votre fils et par conséquent, être détesté de votre femme.
CREON- Vous ne pouvez pas me faire ça. Je vous ai toujours bien élevés. Antigone, tu me remercies comme ça. Tu es donc comme ta famille, vous êtes tous maudits. Je t'ai élevée et toi, tu entraînes mon fils dans ta mort. Comment peux-tu me faire ça ?
ANTIGONE- Tu le sais très bien. Tu as dit oui. Tu n'arrêteras jamais de payer. Tu dois enterrer mon frère, c'est mon destin, t'obliger à enterrer mon frère. C'est la volonté des Dieux. Tu dois la respecter. En tout cas, moi, je ne peux point la refuser. Je dois donc mourir.
HEMON- Et moi, j'aime Antigone, et tant que père tu aurais du accepter la volonté de ma fiancée. Tu seras responsable de ma mort, toute ta vie, et cela te suivra dans le ciel. Tu iras en enfer.
CREON- Aller en enfer car je veux protéger mon peuple. Tu es donc idiot comme ta fiancée ! Elle t'a donc transmis son virus. Ne me dis pas que tu es maudit comme elle.
ANTIGONE- Protéger ton peuple. C'est donc cela protéger son peuple, ne pas respecter la mort d'un être. Tu trouves cela normal toi ? Et bien moi non.
HEMON- Père, je te laisse une dernière chance, accepte la volonté d'Antigone ou tu souffriras toute ta vie.
CREON- Hémon, ne me fais pas ça. Je suis désolé, je n'ai pas le choix. S'il te plaie, essaye de comprendre.
HEMON- Non, je ne peux pas comprendre que tu tues ma fiancée. Alors tu verras ton fils mourir, et ce choix te poursuivra toute ta vie !
Hémon quitte la scène et s'enfuie en courant.

Qu'est-ce que vous en pensez?
Et je ne sais pas trop si j'ai bien respecté la consigne car dans ma rédaction, Hémon n'essaye pas de convaincre Antigone.

5 commentaires pour le devoir DM: Rédaction Hémon Antigone Créon

Compostelle
Compostelle
2A
je trouve que tu as fait un excellent travail... fais bien ressortir le fait que rien ne rendra à la vie ceux qui sont morts !

c'est peut-être une phrase comme cela qui pourrait convaincre Antigone.

bravo en tout cas, moi je te mettrais 18/20

glazy
glazy
2A
C'est un bon devoir, très bien rédigé, mais il est exact qu'Hémlon argumente peu.
Fais-le parler du choix de vivre de dire oui à la vie, d'aimer, et d'avoir des enfants, à qui transmettre ses convictions qui sinon vont disparaître avec elle.

Que le destin de mourir n'est pas juste quand on est jeune et que les dieux ne peuvent pas vouloir cela.

Qu'en se laissant mourir, elle donne raison à Créon, qui souffrira peut-être de sa mort mais aura gagné sur le plan de la loi et du pouvoir.

Que sa liberté est une forme de lâcheté si elle consiste à choisir la mort plutôt que d'affronter la vie et ses difficultés

Mais bien sûr, il faudra qu'Antigone récuse chacun de ces arguments.

bzp555
bzp555
2A
Merci

bzp555
bzp555
2A
Merci, oui.
C'est ce que je pensais, dans ma rédaction, Hémon n'essaye pas de convaincre Antigone mais seulement Créon!

louloute41
louloute41
2A
Pas de 18/20 moi je dirais plutôt 20/20 c'est parfais j'ai beaucoup aimée.
Je pense bien que tu as respecter la consigne car durant toute la scène Hémon n'essaie pas de convaincre Antigone mais il essaye de faire en sorte que son père, Créon ne tue pas Antigone et qu'il enterre Polynice.


Accéder directement au site