Comment l'homme par ses activités peut modifier la répartition des êtres vivants dans l'eau ?

Comment l'homme par ses activités peut modifier la répartition des êtres vivants dans l'eau ?

Publié le 4 déc. 2011 il y a 3A par Miss99 - Fin › 7 déc. 2011 dans 3A
5
6

Sujet du devoir

Coucou tout le monde,
Bon bah en fait, je dois faire un DM de SVT: le sujet est dans le titre.
D'abord, voici ce qu'il faut faire à partir d'un seul exemple ( j'ai choisi le Citarum, sur l'ile de java):

~ Décrire l'activité de l'Homme
~ Expliquer les conséquences de l'activité de l'Homme sur l'oxygénation de l'eau et don sur les conditions de respiration pour les êtres vivants
~ Montrer la modification de la répartition des êtres vivants dans le milieu.
~ Illustrer la recherche.

___________________________________

Donc j'aimerai savoir si ce que j'ai fait est bien, et si vous saviez où je peux trouver un graphique pour montrer la modification de la répartition des êtres vivants dans le milieu.

Où j'en suis dans mon devoir

Le Citarum, véritable fleuve « poubelle »



Introduction :

Le Citarum est un fleuve de l’ouest de l’Ile de Java en Indonésie. Son nom signifie, en soudanais, « la rivière de l’indigo ». Pourtant, il nous est actuellement impossible de nous imaginer qu’une eau réside sous tous ces déchets.

_______________________________________


Depuis près d’un siècle, ont surgi sur les berges du Citarum un peu plus de 500 usines rejettant sans compter leurs déchets dans ce fleuve. Ces détritus constituent une telle masse que la surface de l’eau en est devenue invisible. De fait, les végétaux aquatiques, n’étant plus éclairés, dépérissent. Les poissons ne sont plus fournis en dioxygène, sont asphyxiés (=étouffés) et meurent. Ou bien, suite à la disparition des végétaux, certains poissons ne sont plus alimentés et succombent. Les poissons qui mangeaient les précédents poissons meurent pour sous-alimentation et ainsi de suite : la chaine alimentaire est brisée.


5 commentaires pour ce devoir


Ils l'ont aidé !


<3Bicha<3
<3Bicha<3
Posté le 4 déc. 2011
C'est très bien. J'ai Fait um truc comme ça l'année Derniere (5ème) ça merkte Au Mokka un 18 si je ne me Trompe Pas.
<3Bicha<3
<3Bicha<3
Posté le 4 déc. 2011
C'est très bien. J'ai Fait um truc comme ça l'année Derniere (5ème) ça merkte Au Mokka un 18 si je ne me Trompe Pas.
Miss99
Miss99
Posté le 4 déc. 2011
J'ai modifié le texte:

Depuis près d’un siècle, ont surgi sur les berges du Citarum un peu plus de 500 usines rejetant sans compter leurs déchets dans ce fleuve. Ces détritus constituent une telle masse que la surface de l’eau en est devenue invisible. Suite à ceci, il existe plusieurs raisons possibles à la disparition des poissons.

• Les végétaux aquatiques, ne recevant plus de lumière, ne produisent plus de dioxygène. De fait, ceux-ci (car ils produisaient aussi leur dioxygène) ainsi que les poissons sont asphyxiés (=étouffés) et meurent.

• Ou, suite à la disparition des végétaux, certains poissons ne sont plus alimentés et succombent.

• Ou encore, les détritus, en se décomposant, rejettent des substances toxiques faisant dépérir les poissons.

Mais toutes ces solutions ont un rapport avec la même chose :
Les poissons qui mangeaient les précédents poissons meurent à leur tour pour sous-alimentation et ainsi de suite : la chaine alimentaire est brisée et de nombreuses espèces disparaissent. Depuis le début du XX° siècle, le nombre de poissons du Citarum a été réduit à néant.
Gamy
Gamy
Posté le 4 déc. 2011
Est-ce que des tentatives ont été faites pour endiguer ce phénomène de pollution et de désertification? Si oui, il faut en parler.

Les rejets doivent intervenir également directement sur la faune, sais-tu quels sont les rejets?

Et en aval?

Bonne soirée.
<3Bicha<3
<3Bicha<3
Posté le 5 déc. 2011
Je sais que ce n'est pas de l'aide mais dans quel collège es tu c juste pour savoir si je pourrais bien t'aider a améliorer ton travail ou pas. Merci et bonne soirée .

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte