résumé de "la peur" de Maupassant

avatar sohaib2206
sohaib2206
Publié le 22 juil. 2010 il y a 4A Fin › 25 juil. 2010 4A
5

SUJET DU DEVOIR

il faut que je fasse un resumé de la nouvelle "la peur" de Maupassant en 15 lignes avec un vocabulaire riche (mon point faible) aider moi SVP au moins 3 ou 4 phrases. SVP

OÙ J'EN SUIS DANS MON DEVOIR

j'ai déjà fait mon résumé (j'ai 13 lignes +ou- ) mais il n'est pas vraimant bien fait. aider moi svp. merci.

2 commentaires pour le devoir résumé de "la peur" de Maupassant

niceteaching
niceteaching
4A
Bonjour,

Commence par poster le fruit de ton travail, à savoir les 13 lignes (+ ou -), et nous serons en mesure de rectifier si nécessaire ton écrit, en améliorant notamment la syntaxe et le lexique employé.



Niceteaching

sohaib2206
sohaib2206
4A
excuser moi j'ai oublier mon texte.
le voici:dite moi si vous comprenais l'histoire svp c'est important, et si vous trouvez des phrases pas bien faite aider moi svp merci.
Sur un navire en Méditerranée, en direction de l’Afrique, un commandant raconte qu’un jour il a eu peur quand son navire est resté six heures avec un rochet dans le ventre, battu par la mer. Mais un homme lui dit que se n’était pas la peur et qu’il ne faut pas la confondre avec la panique. La peur c’est quelque chose d’effroyable, une sensation atroce, comme une décomposition de l’âme qui a lieu dans certaines circonstances anormales. Il raconte qu’il a eu peur deux fois dans sa vie.
La première fois, c’était dans le désert d’Algérie, à Ouargla. L’homme marchait, avec son compagnon, dans une tempête de sable sous une chaleur intense, quand soudain, il entendit des bruits de tambour. Un des arabes qui étaient avec lui, dit que la mort était sur eux. Tout à coup, son compagnon mourut, foudroyer pas une insolation. Ce jour là, il comprit ce que c’était que d’avoir peur.
La deuxième fois, il le su mieux encore. C’était en hiver, dans une forêt du nord-est de la France. Ils devaient, lui et son guide, couché chez un garde forestier. Le garde avait tué un braconnier deux ans auparavant, et, depuis ce temps, le fantôme du braconnier revient chaque année l’appeler. Dans le courant de la nuit, le chien du garde s’éveilla brusquement et se mit à renifler les mures de la pièce et à hurler sur quelque chose d’invisible. On jeta donc le chien dehors, dans une petite cour. Soudain, tous ceux qui étaient dans la maison, sentirent quelque chose frôler le mur et une tête blanche apparut contre la vitre du judas. Le garde tira avec son fusil et ses deux fils bouchèrent le judas. Le lendemain, en ouvrant la porte, le chien gisait, la gueule brisée d’une balle.