dissertation cyrano de bergerac acte 3 scène 10

Publié le 13 juil. 2018 il y a 1M par victor_68800 - Fin › 16 juil. 2018 dans 1M
10.00 / 20
5

Sujet du devoir

Scène X
CYRANO, CHRISTIAN, ROXANE.
Roxane, s’avançant sur le balcon : C’est vous ?
Nous parlions de… de… d’un…
Cyrano : Baiser. Le mot est doux !
Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l’ose ;
S’il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
Ne vous en faites pas un épouvantement
N’avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
Quitté le badinage et glissé sans alarmes
Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
Glisser encore un peu d’insensible façon
Des larmes au baiser il n’y a qu’un frisson !
Roxane : Taisez-vous !
Cyrano : Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d’un peu se respirer le coeur,
Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !
Roxane : Taisez-vous !
Cyrano : Un baiser, c’est si noble, Madame,
Que la reine de France, au plus heureux des lords,
En a laissé prendre un, la reine même !
Roxane : Alors !
Cyrano, s’exaltant : J’eus comme Buckingham1 des souffrances muettes,
J’adore comme lui la reine que vous êtes,
Comme lui je suis triste et fidèle…
Roxane : Et tu es
Beau comme lui !
Cyrano, à part, dégrisé : C’est vrai, je suis beau, j’oubliais !
Roxane : Eh bien ! montez cueillir cette fleur sans pareille…
Cyrano, poussant Christian vers le balcon : Monte !
Roxane : Ce goût de coeur…
Cyrano : Monte !
Roxane : Ce bruit d’abeille…
Cyrano : Monte !
Christian, hésitant : Mais il me semble à présent que c’est mal !
Roxane : Cet instant d’infini ! ...
Cyrano, le poussant : Monte donc, animal !
Christian s’élance, et par le banc, le feuillage, les piliers, atteint les balustres qu’il enjambe.
Christian : Ah ! Roxane !
Il l’enlace et se penche sur ses lèvres.
Cyrano : Aïe ! au coeur, quel pincement bizarre !
– Baiser, festin d’amour dont je suis le Lazare2 !
Il me vient de cette ombre une miette de toi,-
Mais oui, je sens un peu mon coeur qui te reçoit,
Puisque sur cette lèvre où Roxane se leurre
Elle baise les mots que j’ai dits tout à l’heure !

1 Buckingham : duc anglais, amant de la reine Anne d’Autriche, dans Les trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas
2 Lazare : personnage de l’Évangile, pauvre et malade, qui vivait d’aumône en se nourrissant des restes des festins d’un riche

Où j'en suis dans mon devoir

Vous compléterez ce paragraphe en analysant une ou deux des métaphores
employées par Cyrano pour désigner le baiser. les métaphores sont:

-Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
-Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
-Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
-C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
-Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
-Une communion ayant un goût de fleur,
-Une façon d’un peu se respirer le coeur,
-Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !

Vous rédigerez intégralement la seconde partie de ce devoir, en montrant comment
l’originalité de cette scène de séduction tient aussi au mélange des registres
comique, lyrique et pathétique.Vous devrez composer trois paragraphes distincts.

j'ai déjà fait le registre pathétique




1 commentaire pour ce devoir


Il faut être inscrit pour accéder aux réponsesInscription gratuiteOUJ'ai déjà un compte
prairiale
prairiale
Posté le 13 juil. 2018

Le passage comique :

Cyrano, poussant Christian vers le balcon : Monte !
Roxane : Ce goût de coeur…
Cyrano : Monte !
Roxane : Ce bruit d’abeille…
Cyrano : Monte !
Christian, hésitant : Mais il me semble à présent que c’est mal !
Roxane : Cet instant d’infini ! ...
Cyrano, le poussant : Monte donc, animal !

 

Le comique est dans la situation : Cyrano pousse Christian à monter sur le balcon pour rejoindre celle qu'il aime et à qui il ne sait pas parler.
Le comique est aussi dans les mots avec la répétition de "monte" et "animal".
Le comique est aussi dans les gestes qui sont précisés dans les didascalies.

 

Le lyrique est dans l'expression des sentiments et dans l'élan et l'imagination que Cyrano déploie pour exprimer des sentiments qui en fait sont les siens.

 

Le pathétique est dans ce trio où Christian et Cyrano ne sont pas à leur place. Se joue là un jeu dangereux, celui du mensonge et de l'usurpation d'identité.


Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte