Dissertation sur un passage de Dom Juan de Molière

Publié le 13 oct. 2010 il y a 9A par Anonyme - Fin › 18 oct. 2010 dans 9A
5

Sujet du devoir

Acte 1, Scène 2: "Non, non: la constance n'est bonne que pour les ridicules; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l'avantage d'être rencontré la première ne doit point dérober aux autres les justes prétentions qu'elles ont toutes sur nos coeurs."

Démontrer que la philosophie de Dom Juan est dangeureuse pour la société mème si on ne peut pas la condamner totalement.

Où j'en suis dans mon devoir

Je ne vois pas du tout quels thèses pourraient être utilisées pour ce travail, et quels exemples donner, merci d'avance de votre aide, je posterais la totalité de mon travail par la suite si j'ais le temps.



9 commentaires pour ce devoir


Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
En fait le sujet porte plus sur en quoi sa philosophie nuit elle à la société ?
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Bonsoir,

Petite introduction :
Dans cette célèbre tirade, Dom Juan fait l’éloge paradoxal de
l’inconstance amoureuse. Ce tour de force consiste à vanter une notion communément considérée comme un vice.

Tu peux poser la problématique en ces termes :
Comment Dom Juan s’y prend-il, dans cette tirade, pour convaincre son auditoire de la nécessité d’être inconstant en amour ?

Proposition de plan :
Ce texte revêt une triple dimension rhétorique : si Dom
Juan semble conseiller l’inconstance sur un mode délibératif,
son discours, en versant insensiblement dans la tonalité judiciaire, devient aussi un habile plaidoyer personnel, avant d’offrir un éloge personnel qui révèle la transformation des moeurs aristocratiques.


Niceteaching
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Donc dans le plan, je devrait trouver des arguments contre sa facon de penser, et ensuite des arguments en faveur de sa philosophie ?
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Tu peux orienter ton plan autour des axes suivants :

I- Un texte délibératif qui recommande avec ferveur l’inconstance amoureuse
II- Un plaidoyer qui relève de la rhétorique judiciaire
III- Un autoportrait flatteur qui reflète une noblesse privée de ses attributions classiques

Bonne continuation.
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
qu'entends tu par rhétorique judiciaire ?
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Tout ce qui concerne la justice, l'excuse...
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Quels arguments je pourrais utiliser en opposition à cette philosophie ?
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Ce passage énonce la philosophie de Dom Juan, pour qui l'amour n'a aucun rapport avec la fidélité, pour lui, un homme doit séduir autant de
femmes qu'il ne le peut pour donner à toutes les femmes d'aimer un homme et d'être heureuse.
Cette philosophie est contre nature, l'infidèlité est une mauvaise chose, cela fait souffrir les femmes psychologiquement et empeche la fondation de
familles. Mais cette philosophie ne contient pas que du mauvais, cette manière de penser permet à toutes les femmes de pouvoir aimer.

Premièrement, la fidélité est une chose fondamental dans un couple, être fidèle a pour signification de s'attacher à ses devoirs, à ses affections,
à la vérité et à la sincèrité entre deux personnes, un couple ne peut pas fonctionner sans fidèlité car cela provoque le doute, le manque de confiance,
si cette fidèlité est brisée, la confiance est brisée et cela engendre une rupture et un trouble psychologique chez la personne qui en a
été victime. Autrement dit, l'infidèlité, c'est une trahison envers une personne et quand elle est découverte, elle blesse cette personne
qui recoit plus ou moins mal cette nouvelle en fonction du caractère et du moral, malheureusement, certaines infidèlité peuvent mener
jusqu'au suicide moral comme physique tellement le sentiment de trahison peut être lourd.

De plus, si chaque homme agissait comme Dom Juan, à savoir de passer de femme en femme, de relation en relation, aucun avenir de couple ne peut
se former, la relation reste passagère et donc la formation d'une famille n'est en rien possible, l'education des enfant serait impossible du
fait de l'instabilité des relations des parents et cela engendrerait un serieu problème pour les générations futures et l'avenir.

Mais... cette facon de penser n'est pas totalement condamnable pour autant. En effet, ces relations libres permettrait à toutes les femmes de
toute nationalité et de toutes classes sociales de pouvoir aimer et être aimée, malgrès leur disgrâce ou leur couleur de peau, qu'elles soient
paysannes ou bourgeoises, ...




J'ai fait ca pour l'instant, merci de m'espliquer comment améliorer sachant que le tout manque de contenu et que je manque d'inspiration, j'ai le plan bien en tete, mais le contenu ne suit pas...
Anonyme
Posté le 13 oct. 2010
Ce passage énonce la philosophie de Dom Juan, pour qui l'amour n'a aucun rapport avec la fidélité, pour lui, un homme doit séduir autant de
femmes qu'il ne le peut pour donner à toutes les femmes d'aimer un homme et d'être heureuse.
Cette philosophie est contre nature, l'infidèlité est une mauvaise chose, cela fait souffrir les femmes psychologiquement et empeche la fondation de
familles. Mais cette philosophie ne contient pas que du mauvais, cette manière de penser permet à toutes les femmes de pouvoir aimer.

Premièrement, la fidélité est une chose fondamental dans un couple, être fidèle a pour signification de s'attacher à ses devoirs, à ses affections,
à la vérité et à la sincèrité entre deux personnes, un couple ne peut pas fonctionner sans fidèlité car cela provoque le doute, le manque de confiance,
si cette fidèlité est brisée, la confiance est brisée et cela engendre une rupture et un trouble psychologique chez la personne qui en a
été victime. Autrement dit, l'infidèlité, c'est une trahison envers une personne et quand elle est découverte, elle blesse cette personne
qui recoit plus ou moins mal cette nouvelle en fonction du caractère et du moral, malheureusement, certaines infidèlité peuvent mener
jusqu'au suicide moral comme physique tellement le sentiment de trahison peut être lourd.

De plus, si chaque homme agissait comme Dom Juan, à savoir de passer de femme en femme, de relation en relation, aucun avenir de couple ne peut
se former, la relation reste passagère et donc la formation d'une famille n'est en rien possible, l'education des enfant serait impossible du
fait de l'instabilité des relations des parents et cela engendrerait un serieu problème pour les générations futures et l'avenir.

Mais... cette facon de penser n'est pas totalement condamnable pour autant. En effet, ces relations libres permettrait à toutes les femmes de
toute nationalité et de toutes classes sociales de pouvoir aimer et être aimée, malgrès leur disgrâce ou leur couleur de peau, qu'elles soient
paysannes ou bourgeoises, ...




J'ai fait ca pour l'instant, merci de m'espliquer comment améliorer sachant que le tout manque de contenu et que je manque d'inspiration, j'ai le plan bien en tete, mais le contenu ne suit pas...

Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte