Explication linéaire sur le Mariage de Figaro

Publié le 3 déc. 2019 il y a 2 jours par ilanaf2405 - Fin › 6 déc. 2019 dans dans 21 heures
1

Sujet du devoir

Bonjour, j'ai une explication linéaire à rendre pour le vendredi 6 décembre, voici le sujet : 

Rédigez l'explication linéaire de la scène 10 du premier acte du Mariage de Figaro. 

Où j'en suis dans mon devoir

Je n'ai absolument rien compris, j'ai besoin de vous : ) .




1 commentaire pour ce devoir


entre chats
entre chats
Posté le 3 déc. 2019

Le Comte voulait exercer son "droit de cuissage" sur Suzanne. Figaro et Suzanne lui font y renoncer devant les invités et la comtesse. Ce droit, en vigueur au Moyen-Age, est connu de tous et n'est jamais nommé: il y est seulement fait allusion, mais tout le monde comprend de quoi il s'agit.

Exemple:

Figaro.

Monseigneur, vos vassaux, touchés de l’abolition d’un certain droit fâcheux que votre amour pour madame…

 
Le Comte.

Hé bien, ce droit n’existe plus : que veux-tu dire ?

 
Figaro, malignement.

Qu’il est bien temps que la vertu d’un si bon maître éclate ! *Elle m’est d’un tel avantage aujourd’hui, que je désire être le premier à la célébrer à mes noces.

*(ironie - dire le contraire de ce qu'on pense pour se moquer- de la part de Figaro)

 
Le Comte, plus embarrassé.

Tu te moques, ami ! l’abolition d’un droit honteux n’est que l’acquit d’une dette envers l’honnêteté.[...]

 
Figaro, tenant Suzanne par la main.

Permettez donc que cette jeune créature, de qui votre sagesse* a préservé l’honneur, reçoive de votre main publiquement la toque virginale, ornée de plumes et de rubans blancs, symbole de la pureté de vos intentions*: adoptez-en la cérémonie pour tous les mariages, et qu’un quatrain chanté en chœur rappelle à jamais le souvenir…

*(toujours de l'ironie)

 
Le Comte, embarrassé.

Si je ne savais pas qu’amoureux, poëte et musicien, sont trois titres d’indulgence pour toutes les folies…

 
Figaro.

Joignez-vous à moi, mes amis !

 
Tous ensemble

Monseigneur ! monseigneur !

 
Suzanne, au Comte.

Pourquoi fuir un éloge que vous méritez si bien ?*(ironie)

 
Le Comte, à part.

La perfide !

 
Figaro.

Regardez-la donc, monseigneur ; jamais plus jolie fiancée ne montrera mieux la grandeur de votre sacrifice.

 
Suzanne.

Laisse là ma figure, et ne vantons que sa vertu.

 
Le Comte, à part.

C’est un jeu que tout ceci.

 
La Comtesse.

Je me joins à eux, monsieur le comte ; et cette cérémonie me sera toujours chère, puisqu’elle doit son motif à l’amour charmant que vous aviez pour moi.

 
Le Comte.

Que j’ai toujours, madame ; et c’est à ce titre que je me rends.* (le comte est acculé par sa femme: il ne peut pas se dédire)

 
Tous ensemble

Vivat !

 

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte