Sujet Bac Liban 2019 Corpus et Dissertation

Publié le 15 juin 2019 il y a 1M par Jjbfft - Fin › 17 juin 2019 dans 1M
2

Sujet du devoir

Bonjour,

Le bac est dans quelques jours, donc j'ai essayé de m'exercer avec le sujet de bac du Liban 2019. Sujet ci-dessous.

​https://www.sujetdebac.fr/annales-pdf/2019/s-es-francais-premiere-2019-liban-sujet-officiel.pdf

J'ai fait les corpus et la dissertation. Serai-ce possible que quelqu'un me corrige ,me donne des conseils et une note pour me référer (avec les critères du bac si possible) svp.

Voici mon travail:

Corpus 

Notre corpus ce compose de textes poétiques racontant l’expérience de l’exil.Il s’agit ici d’étudier: le sonnet IX extrait du recueil Les Regrets de Joachim du Bellay du XVIe siècle (Pléiade), le poème « l’Exilé » issue de Romances de Marceline Desbordes-Valmore du XIXe siècle (Romantisme), le poème « Exil » du recueil Les Quatre Vents de l’esprit de Victor Hugo du XIXe siècle et la chanson « Petit Pays » écrit par Gaël Faye et Francis Muhire du XXIe siècle. On se demandera alors quels sentiments les textes du corpus associent-ils à l’expérience de l’exil. Pour cela, après avoir étudié le sentiment de tristesse associée à l’expérience de l’exil commune à tout ces textes, on verra les sentiments d’impuissances et de terreurs associés à l’expérience de l'exil. 

Tout d’abord, tout les textes associent la tristesse à l’expérience l’exil. Dans le poème de Du Bellay, le mot « triste » est présent au vers 7 pour évoquer des souvenirs de la France lors de l’exil du poète en Italie. Desbordes-Valmore aussi emploi explicitement le mot « triste » mais elle l’associe au mot « exilé » (vers 13) et l’utilise dans une exclamation. A l’inverse Hugo m’emploie pas explicitement le mot tristesse mais la tristesse se ressent par l’utilisation d’un verbe d’action dans une apostrophe. Le poète « pleure » ses proches mort et les interpelle au vers 21 « ô morts que je pleure ». Le poète est seul, accentué par le mot « solitaire » au vers 17. L’expression de la tristesse s’exprime également par la solitude dans la chanson « Petit Pays », le mot « seul » est utilisé, « Petit pays, pendant trois mois tout le monde t’a laissé seul » ( ligne 26). Le narrateur de le chanson « pleure » chaque mois d’Avril « Seulement laisse-moi pleurer quand arrivera ce maudit mois d’avril » (ligne 34) car c’était le début de la guerre civil c’est à dire le moment où il a du fuir son pays et s’exiler. 

Ensuite, dans ces textes on retrouve des sentiments liés à la tragédie. Dans le IX sonnet, la terreur se ressent avec la présence du champ lexical de la terreur « horreur » (vers 11), « cruelle »(vers 6), « tremblante »(vers 11) et « froidure » (vers 13). Dans le poème « Exil », le poète est impuissant face à la fatalité, cela ce traduit par la répétition de « Hélas!» six fois. Gael Faye est impuissant face au temps, on le constate dans une exclamation à la ligne 18 « J’aimerais recommencer depuis le début, mais tu sais comment c’est ! ». Il voudrait pouvoir contrôler le temps mais cela n’est pas possible. 

Ainsi, pour conclure ce corpus associe l’expérience de l’exil à la tristesse, l’impuissance et la terreur.

Dissertation 

« Le poète est un monde enfermé dans un homme » a dit Victor Hugo. Cette citation signifie que chaque poète s’inspire du monde qui l’entoure pour sa poésie, c’est-à-dire que la poésie est basé sur des expérience, des étapes de la vie de l’homme qui se cache derrière le poète. La poésie est un moyen d’exprimer ses sentiments à travers un monde propre à chacun. Ainsi, la poésie peut-être un moyen d’exhaler toutes ces émotions, causé par des épreuves difficiles. Il est donc légitime de se demander si la poésie apaise les souffrances des hommes. Nous verrons tout d’abord que la poésie console les malheurs des hommes, puis nous étudierons que la poésie soigne les souffrances mais ne les efface pas. 

Tout d’abord, nous allons voir que les malheurs des hommes peuvent être soulagés par l’intermédiaire de la poésie. En effet, la poésie est un exutoire pour les poètes notamment pour ceux qui soufrent. La poésie permet d’exprimer les sentiments du poète face à une épreuve difficile. Par exemple, Gael Faye extériorise sa douleur dans une chanson « Petit pays » qui utilise les codes de la poésie. Gael Faye a fuit son pays natale dans son enfance à cause de la guerre civil. Sa chanson évoque sa vie dans son pays natal et exprime une certaine nostalgie. Ensuite, la poésie est un moyen de s’évader, d’échapper au présent donc au malheurs. Le poète peut créer un univers poétique où il se remémore le passé, c’est-à-dire les instants avant sa douleur. Ou encore le poète peut avoir libre court à son imagination, il peut totalement inventer un univers parallèle pour pallier sa douleur. Comme en témoigne, « Un hémisphère dans une chevelure » dans Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire, le poète voyage dans l’espace et le temps pour échapper au présent. Il effectue un voyage intérieur. Il utilise le champ lexical du voyage, de l’exotisme. De plus, la poésie est avant tout un art. Le poète raconte son histoire avec un rythme significatif, des jeux sur les sonorités… La poésie est un palliatif à la douleur du poète grâce à la musicalité travaillée. Dans « Comme un chevreuil » dans Les Amours écrit par Pierre de Ronsard, le poème est rythmé et structuré afin d’exprimer la violence du coup de foudre d’un amour malheureux de Ronsard: Cassandre Salviati. 

Enfin, la poésie soigne les souffrances mais ne les efface pas. Les mots ne permettent pas d’effacer les douleurs endurées par le poète. Par exemple, les poèmes en vers libres de la partie « souffrir » de Lait et miel écrit par Rupi Kaur, présente des épreuves que la poète a vécu et elle parle pour toute les femmes également. Cette partie évoque l’inceste et le viol que la poète a subi. Dans ce recueil, elle donne une partie d’elle même. Les mots apaise sa douleur mais les faits restent encrés dans sa mémoire.Ensuite, la poésie est un palliatif à la douleur mais seulement temporaire, c’est-à-dire qu’elle soulage que sur le moment mais pas sur le long terme. Des séquelles psychologiques restent. Dans « Exil » Les Quatre Vents de l’esprit de Victor Hugo, au moment de l’écriture la poésie a eu un effet palliatif à la douleur de la perte des proches du poète et de son exil. Malgré, l’écriture de poème le perte de proche se fera encore plus ressentir.Puis, la poésie est l’expression de la sensibilité du poète ainsi la poésie peut soigner mais aussi réouvrir des plaies. Par exemple, « Celle de toujours, toute » de Capitale de la douleur écrit par Paul Eluard, est un poème dédié à Gala, l’ancienne femme du poète. Même après la trahison de Gala, elle restera celle de toujours pour le poète. Mais ce poème, peut réouvrir les plaies d’Eluard dû à la souffrance qu’il a enduré lorsqu’il a vécu avec Gala, notamment durant la relation triangulaire.

Pour conclure, la poésie a le pouvoir d’apporter une consolation aux malheurs des hommes mais elle ne peut pas les effacer. La poésie n’est pas le seul palliatif aux malheurs des hommes mais toute les formes d’art sont des palliatifs.




5 commentaires pour ce devoir


sarasaritaaa
sarasaritaaa
Posté le 15 juin 2019

Pour le corpus, votre travail est qualitatif. Toutefois le "il s'agit d'étudier" suivi de deux points dans l'intro se révèle quelque peu maladroit (évitez cela à l'avenir). Aussi, évitez Gael Faye "du XXIe siècle" adoptez plutôt "au". Faites attention aux fautes d'orthographe on doit écrire "tous les textes et non pas tout etc", le verbe fuire prend un -e à la fin. ne mettez pas le mouvement de chacun des auteurs dans l'intro, cela la rend quelque lourde, servez-vous en davantage en revanche pour "alimenter" votre développement. Veillez à toujours mettre la ligne citée entre parenthèses après la citation. Structurez davantage vos paragraphes (vous devez sauter des lignes entre chaque idée directrice impuissance, tristesse, terreur). Faites une ccl courte mais un peu plus exhaustive. 

Parfois vous paraphrasez le texte vous écivez "il se sent impuissant face au temps. [...] il voudrait contrôler le temps" on sent que vous répétez caduquement le texte, bien que ce soit bien tout de même. Et enfin, insistez davantage sur la nature "littéraire" de la question, employez des mots tels qu'"occurence", "récurrence", "champ lexical/isotopie" et analysez brièvement la grammaire, la conjugaison, le vocabulaire pour montrer à votre correcteur que vous savez analysez de manière littéraire des textes. Confrontez bien les textes avec des mots comme "quant à, au contraire de, à l'instar de tel auteur, Gael Faye..." (mise en abyme). Dernier conseil : n'annoncez pas le "plan" dans l'intro d'une question sur corpus.

sarasaritaaa
sarasaritaaa
Posté le 15 juin 2019

Pour la disesertation, relisez-vous absolument afin de corriger les fautes d'orthographe "ancrés", "reccueil" puis fautes d'accord etc... Bien pour l'amorce. Cependant, veillez à aménager des transitions entre vos parties (absentes dans votre devoir). 

- Le plan n'est pas toujours judicieux, vous avez compris que la question amenait un plan dialectique (thèse/antithèse/synthèse). Toutefois, votre thèse est défendue par de vons exemples, votre antithèse également, mais la synthèse est absente (votre 3e partie aurait pu avoir trait aux moyens particuliers de la poésie qui peut lui conférer sa capacité de soulager les affres de l'âme. Aussi, le sujet porte sur "apaiser les hommes" et pas uniquement le poète (vous semblez l'oublier). Il se pose dès lors tant la question de l'écriture que de la lecture de la poésie. Insérez dans vos exemples les courants des auteurs (montrez un minimum vos connaissances littéraires). Reformulez la problématique pour délimitez votre sujet. Dans la ccl, évitez les répétitions ("palliatif") et les généralités comme la dernière phrase qui n'éclaire pas votre propos, au contraire. 

Jjbfft
Jjbfft
Posté le 15 juin 2019

Merci pour votre réponse sarasaritaaa.

Est-on obligé de faire une troisième partie dans une dissertation ?

 

sarasaritaaa
sarasaritaaa
Posté le 15 juin 2019

Problématique : Mais, l'écriture et la lecture du texte poétique peuvent-elles atténuer (au lieu d'apaiser qui ne signifie pas supprimer) les affres/tourments de l'âme humaine (propos général, universel induit par "les hommes") ? 

I- La poésie, un "palliatif" efficace

A... B... (avec petite réflexion sur les lecteurs, également) + CCL 1 et transition

II- la poésie ne peut recourir à la détresse des hommes

A... B... + CCl 2 et transition

III- Les fonctions de la poésie comme ressorts de ce caractère consolateur (la question vise à s'interroger plus globalement sur les fonctions poétiques) 

-élégiaque (plainte), épique (consoler par des hauts faits), didactique etc

CCL : Ainsi, la poésie peut amoindrir le désarroi des hommes, grâce à sa musicalité et à sa technique. Toutefois, elle ne peut l'effacer, mais dispose de ressorts puissants pouvant tout de même toucher ("mouere") le lectorat. Dès lors, le caractère consolateur du texte poétique est intrinsèquement lié au "pathos" de chaque individu, qui se trouvera resaisi ou non après la lecture d'un poème. Expression des épanchements passionnels, la poésie permet de transmettre le sentiment d'un individu à un autre car comme le déclarait le poète lyrique Victor Hugo "Hélas, quand je vous parle de moi, je vous parle de vous !"

 

sarasaritaaa
sarasaritaaa
Posté le 16 juin 2019

Il est vrai que dans le devoir "dissertation", il est préférable de faire trois parties. Si, toutefois, vous sentez que votre dernière partie est un peu "bateau", mieux vaut rester sur deux parties. Mais, la copie de l'élève étant capable de trouver trois parties pertinentes se verra nécessairement récompensée et valorisée...


Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte