Sujet invention en Francais

Publié le 11 oct. 2018 il y a 9 jours par FanDeFrancaisEtDeMaths - Fin › 14 oct. 2018 dans 5 jours
1

Sujet du devoir

Bonjour, Bonsoir !

 


Je suis actuellement en classe de 1ère S, dans un lycée publique. Je passe donc mon bac de lettre à la fin de l’année. 

 


Nous avions a faire un sujet d’invention. Pour ma part, je fus assez confient et satisfait de mon travail. Le professeur le ramassa et le nota, 12/20................   Que pensez vous réellement de ce devoir ? ............ Comment puis-je me corriger ?

 


Je vous laisse, ci joint, mon écriture d’invention, ainsi que le sujet, et le paragraphe sur lequel nous devions nous appuyer. Merci de vos retours !

 


(J’ai recopié mon devoir tel quel, avec la même typographie, et les mêmes fautes !)

 


Paragraphe : Le fleuve Bétis coule dans un pays fertile et sous un ciel doux, qui est toujours serein. Le pays a pris le nom du fleuve, qui se jette dans le grand Océan, assez près des Colonnes d'Hercule et de cet endroit où la mer furieuse, rompant ses digues, sépara autrefois la terre de Tharsis d'avec la grande Afrique. Ce pays semble avoir conservé les délices de l'âge d'or. Les hivers y sont tièdes, et les rigoureux aquilons n'y soufflent jamais. L'ardeur de l'été y est toujours tempérée par des zéphyrs rafraîchissants, qui viennent adoucir l'air vers le milieu du jour. Ainsi toute l'année n'est qu'un heureux hymen du printemps et de l'automne, qui semblent se donner la main. La terre, dans les vallons et dans les campagnes unies, y porte chaque année une double moisson. Les chemins y sont bordés de lauriers, de grenadiers, de jasmins et d'autres arbres toujours verts et toujours fleuris. Les montagnes sont couvertes de troupeaux, qui fournissent des laines fines recherchées de toutes les nations connues. Il y a plusieurs mines d'or et d'argent dans ce beau pays ; mais les habitants, simples et heureux dans leur simplicité, ne daignent pas seulement compter l'or et l'argent parmi leurs richesses : ils n'estiment que ce qui sert véritablement aux besoins de l'homme. Quand nous avons commencé à faire notre commerce chez ces peuples, nous avons trouvé l'or et l'argent parmi eux employés aux mêmes usages que le fer, par exemple, pour des socs de charrue. Comme ils ne faisaient aucun commerce au-dehors, ils n'avaient besoin d'aucune monnaie. Ils sont presque tous bergers ou laboureurs. On voit en ce pays peu d'artisans : car ils ne veulent souffrir que les arts qui servent aux véritables nécessités des hommes ; encore même la plupart des hommes en ce pays, étant adonnés à l'agriculture ou à conduire des troupeaux, ne laissent pas d'exercer les arts nécessaires pour leur vie simple et frugale. [...]

Quand on leur parle des peuples qui ont l'art de faire des bâtiments superbes, des meubles d'or et d'argent, des étoffes ornées de broderies et de pierres précieuses, des parfums exquis, des mets délicieux, des instruments dont l'harmonie charme, ils répondent en ces termes : « Ces peuples sont bien malheureux d'avoir employé tant de travail et d'industrie à se corrompre eux-mêmes ! Ce superflu amollit, enivre, tourmente ceux qui le possèdent : il tente ceux qui en sont privés de vouloir l'acquérir par l'injustice et par la violence. Peut-on nommer bien un superflu qui ne sert qu'à rendre les hommes mauvais ? Les hommes de ces pays sont-ils plus sains et plus robustes que nous ? Vivent-ils plus longtemps ? Sont-ils plus unis entre eux ? Mènent-ils une vie plus libre, plus tranquille, plus gaie ? Au contraire, ils doivent être jaloux les uns des autres, rongés par une lâche et noire envie, toujours agités par l'ambition, par la crainte, par l'avarice, incapables des plaisirs purs et simples, puisqu'ils sont esclaves de tant de fausses nécessités dont ils font dépendre tout leur bonheur. 

 


Sujet : Vous avez séjourné en Bétique. Déçu, vous décidez de partir. Ecrivez le discours d’adieu que vous prononcerez devant les habitants. 

 


Le Devoir : 

 


Après un séjour au pays de Bétique, déçu, je décide de partir. Mais avant, je m’adresse une dernière fois aux habitants afin de leur expliquer les raisons de mon départ.

 


 

« Mes chers amis, j’ai ici une bien triste nouvelle. J’ai décidé de partir afin de retrouver les miens. En effet, je commence à développer un ennui fort et profond, dû à un manque d’experiences nouvelles. Ici, la douceur et la quiétude qui caractérisent votre pays peuvent être lassantes. D’après les dires de certains, vous semblez avoir conservé les délices de l’âge d’or, mais est-ce vraiment la réalité ? Pensez vous vraiment vivre dans une société parfaite ? Même à travers votre climat, nous pouvons ressentir un ennui lassant, soporifique. Où sont passés les rigueurs du froid de l’hiver ? Où sont passées les chaleurs accablantes de l’été ? Non, ce pays ne me convient pas ! 

Vous ici qui possédez tant de richesses, tant de ressources naturelles que tant de pays convoitent, telles que votre laine, vos céréales, votre or et votre argent, pourquoi n’ouvrez-vous pas vos terres au commerce ? Pourquoi n’en feriez vous pas profiter le reste du monde ? Pourquoi ne pas le mettre à disposition de vos frères ? 

Vous ici qui critiquez les besoins de la société occidentale, qu'est-ce que l'utilité pour vous ? Ce qui peut vous paraître inutile peu-il ne pas l'être pour d’autres ? Les besoins diffèrent d'un pays à un autre et il me semble que vous ne détenez pas la vérité. Sur quoi jugez-vous la valeur des choses? Ne pourriez vous pas aider les plus pauvres en leur offrant un peu de ce qui vous paraît, à vos yeux, sans valeurs ? Imaginez vous ce que ce socle de charue en or pourrait apporter à des gens dans le besoin, qui souffrent de la faim et qui vivent dans la misère? 

Vous ici qui considérez l’art comme quelque chose de superfétatoire, savez vous ce qui permet d’exprimer ? Grâce à l’art, les Hommes peuvent exprimer leurs pensées, leurs émotions, leurs sentiments, nous éclairer. L’art peut nous faire voyager. L’art peut nous rendre triste, heureux. Comment une société qui bannit les arts peut elle évoluer ? Sur quoi vous basez vous pour nous juger de la sorte ? Sans arts, il n'y a pas de progrès, et sans progrès, il n'y a pas d’épanouissement. 

Voyez-vous, même votre nourriture manque elle aussi de variété. Elle est à l'image de votre vie. Il n'y a pas de créations, votre société est basée sur la simplicité. Vous n'exploitez pas vos ressources. C'est, à mes yeux, un gâchis perpétuel.

Quant à vous Mesdames, votre rôle se limite aux taches domestiques, semblable à celui de notre société, il est temps d'évoluer et de sortir de ce carcan !

Et vous Messieurs, vous êtes cantonnés aux rôles d’éleveurs ou d’agriculteur. Vous n’explorer aucun autre domaines. Y-a-t-il, dans votre société, des poétes, des voyageurs, des battisseurs, des inventeurs ?

Le progrès n'a pas sa place dans votre société, et une société qui rejette le progrès ne pourra jamais évoluer. 

Vous dénoncez la propriété omniprésente dans notre société et vous ne faites pas construire de maison, car une fois que vous ne serez plus de ce monde, cette maison ne servira pas, mais avez-vous pensez à vos enfants? Vous auriez pu leur transmettre vos maisons pour les abriter. Sont-ils condamnés à vivre éternellement de façon rustique, sans confort alors que la chaleur d'un foyer est source de bonheur pour une famille ? Seront-ils condamnés à cause de votre égoïsme ? 

L’ambition, si elle est modérée et bien exploitée nous permet de grandir, d’évoluer, de progresser. Sans ambition, sans convoitise, comment pouvons nous évoluer ? Certains Hommes réussir sans utiliser l’injustice ou la violence, grâce a leur ténacité, à leur réflexion, à leur ambition mis au service des autres.

La possession n’est pas toujours synonyme de malheur. Qu'est-ce que pour vous le bonheur ? Est ce rien posséder ? Est ce l'absence de propriété, de richesse ? Comment accédons nous au bonheur ? Ne pouvons-nous pas vivre heureux en partageant nos richesses ? 

L’envie et l’ambition ne sont pas toujours des valeurs péjoratives. Elles permettent à des Hommes de se réveler. Elles peuvent être au service de la science, du progrès humain, de la médecine. Que connaissez vous de cette maladie ? Que connaissez vous de cette pierre ? Que connaissez vous de cette étoile ? Que connaissez vous de ce qui vous entoure ? Que connaissez vous du monde dans lequel vous vivez ? 

Notre bonheur ne dépend pas de fausses nécessités, comme vous nous l'avez dit, mais d'un équilibre entre les Hommes, au sein de la société.

Mes amis, je vous le repète, mon cœur est triste mais ma raison me dit que je ne peux me résoudre à vivre au pays de Betique parmi vous. 

J'espère que mes paroles ne seront pas vaines et que maintenant, vous allez participer et découvrir ce monde qui vous entoure et qui vous attend !

Le monde vous ouvre ses bras comme il me l'a ouvert et c'est comme ça que j'ai pu découvrir vos terres et votre peuple ! »

 


Voila, merci d’avoir pris le temps de lire, n’hésitez pas à me donner votre avis, je serais heureux de l’entendre !

 


À bientôt !




3 commentaires pour ce devoir


Il faut être inscrit pour accéder aux réponsesInscription gratuiteOUJ'ai déjà un compte
Gamy
Gamy
Posté le 11 oct. 2018

Tu as eu une réponse ailleurs. 

FanDeFrancaisEtDeMaths
FanDeFrancaisEtDeMaths
Posté le 13 oct. 2018

c'est a dire ?

Gamy
Gamy
Posté le 13 oct. 2018

Sur l'autre forum où tu as posté ta demande. 


Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte