Commentaire de texte bel ami

Publié le 8 mai 2021 il y a 8 mois par mlkjhgfdsq - Fin › 15 mai 2021 dans 8 mois
2

Sujet du devoir

Bonjour, j'ai vraiment besoin d'aide sur une question SIMPLE . Je dois rediger un commentaire de texte sur un court extrait que je vous metterai sur bel ami mais je suis bloqué, je ne trouve pas d'argument pour mes 2 partie qui sont:Partie 1 : vous montrerez que la passion amoureuse dépeinte dans cet extrait n’est pas une passion

partagée.

2) Partie 2 : vous montrerez les ridicules de Mme Walter, qui n’a ici rien d’une héroïne romantique.

merci beaucoup pour toute les personne qui m'aideront et voici l'extrait:



Depuis six semaines il essayait de rompre avec elle sans parvenir à lasser son attachement

acharné.

Elle avait eu, après sa chute, un accès de remords épouvantable, et, dans trois rendez-vous

successifs, avait accablé son amant de reproches et de malédictions. Ennuyé de ces scènes, et déjà

rassasié de cette femme mûre et dramatique, il s'était simplement éloigné, espérant que l'aventure serait

finie de cette façon. Mais alors elle s'était accrochée à lui éperdument, se jetant dans cet amour comme

on se jette dans une rivière avec une pierre au cou. Il s'était laissé reprendre, par faiblesse, par

complaisance, par égards ; et elle l'avait emprisonné dans une passion effrénée et fatigante, elle l'avait

persécuté de sa tendresse.

Elle voulait le voir tous les jours, l'appelait à tout moment par des télégrammes, pour des

rencontres rapides au coin des rues, dans un magasin, dans un jardin public.

Elle lui répétait alors, en quelques phrases, toujours les mêmes, qu'elle l'adorait et l'idolâtrait, puis

elle le quittait en lui jurant qu'elle était bien heureuse de l'avoir vu.

Elle se montrait tout autre qu'il ne l'avait rêvée, essayant de le séduire avec des grâces puériles,

des enfantillages d'amour ridicules à son âge. Étant demeurée jusque-là strictement honnête, vierge de

cœur, fermée à tout sentiment, ignorante de toute sensualité, ça avait été tout d'un coup chez cette

femme sage dont la quarantaine tranquille semblait un automne pâle après un été froid, ça avait été une

sorte de printemps fané, plein de petites fleurs mal sorties et de bourgeons avortés, une étrange éclosion

d'amour de fillette, d'amour tardif, ardent et naïf, fait d'élans imprévus, de petits cris de seize ans, de

cajoleries embarrassantes, de grâces vieillies sans avoir été jeunes. Elle lui écrivait dix lettres en un jour,

des lettres niaisement folles, d'un style bizarre, poétique et risible, orné comme celui des Indiens, plein

de noms de bêtes et d'oiseaux.

Dès qu'ils étaient seuls elle l'embrassait avec des gentillesses lourdes de grosse gamine, des moues

de lèvres un peu grotesques, des sauteries qui secouaient sa poitrine trop pesante sous l'étoffe du corsage.

Il était surtout écœuré de l'entendre dire : « Mon rat », « Mon chien », « Mon chat », « Mon bijou », «

Mon oiseau bleu », « Mon trésor », et de la voir s'offrir à lui chaque fois avec une petite comédie de

pudeur enfantine, de petits mouvements de crainte qu'elle jugeait gentils, et de petits jeux de

pensionnaire dépravée.

Où j'en suis dans mon devoir

j'ai relevé quelque point sur le texte qui sont : 

Un duel entre prédateur, faussement amoureux, et sa proie, faussement outrée

Duroy a une vision différente de l’alour(vision différente de l’amour)

Mme walter aime duroy tandis qu’il la repousse

Mme walter est victime de l’hypocrisie amoureuse

Point de vue interne ⇒ montre à quel point Duroy trouve Mme Walter ridicule

Mme walter est decrite comme un objet

 

 

les ridicules de Mme Walter, qui n’a ici rien d’une héroïne romantique.

 

Elle adopte l’attitude d’un attitude d’adolecente

 

lle est maladroite et ne sait pas se comporter avec les hommes. Elle est étouffante.

Sa passion débordante la rend repoussante

elle apparaît comme un personnage sans raison et pathtique

 L’amour n’est pas reciproque.

Georges Duroy apparaît comme un personnage vide d’émotions

pas de reaction emmotionnele

pejoratif, critique Mme walter

Georges Duroy feint l’amour mais n’en éprouve pas le moindre symptôme

 

 

 amour obssesional face au desinteraissement

passion vaine de mme walter

 




0 commentaire pour ce devoir



Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte