français la disparition George Perec

Publié le 12 févr. 2020 il y a 3A par mangamissbelle15 - Fin › 15 févr. 2020 dans 3A
1

Sujet du devoir

Comment George Perec dans l’ouverture du roman la disparition s’amuse t’il avec les codes littéraires et remarque l’incipit?

Remarque: dans le texte George Perec n'utulise pas de "e".

francais

Image concernant mon devoir de Français




1 commentaire pour ce devoir


niogret2m
niogret2m
Posté le 12 févr. 2020

Qui, d'abord, a l'air d'un roman jadis fait où il s'agissait d'un individu qui dormait tout son saoul

Anton Voyl n'arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s'assit dans son lit, s'appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l'ouvrit, il lut ; mais il n'y saisissait qu'un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification.

Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo ; il mouilla un gant qu'il passa sur son front, sur son cou.

Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu'un glas, plus sourd qu'un tocsin, plus profond qu'un bourdon, non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin, un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait.

Sur l'abattant du vasistas, un animal au thorax indigo, à l'aiguillon safran, ni un cafard, ni un charançon, mais plutôt un artison, s'avançait, traînant un brin d'alfa. Il s'approcha, voulant l'aplatir d'un coup vif, mais l'animal prit son vol, disparaissant dans la nuit avant qu'il ait pu l'assaillir.

 

Il tapota d'un doigt un air martial sur l'oblong châssis du vasistas.

Il ouvrit son frigo mural, il prit du lait froid, il but un grand bol. Il s'apaisait. Il s'assit sur son cosy, il prit un journal qu'il parcourut d'un air distrait. Il alluma un cigarillo qu'il fuma jusqu'au bout quoiqu'il trouvât son parfum irritant. Il toussa.

 

Un incipit est censé permettre au lecteur d'entrer dans le roman , lecteur qui se pose  les questions attendues : Qui ? Où ? Quoi ? Comment ?

- on présente en effet un personnage, il a un nom

- un lieu, un intérieur, des objets familiers et les bruits de l'extérieur

- un moment : la nuit (l'heure), l'insomnie

 

Le Comment  ? intrigue : comme une mise en abîme : "Il prit un roman, il l'ouvrit, il lut ; mais il n'y saisissait qu'un imbroglio confus, "

Situation dans laquelle se trouve le lecteur troublé par cet animal insolite et par un vocabulaire compliqué et aussi le paradoxe : "dormait tout son saoul" et  "il n'arrivait pas à dormir."


Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte