DEVOIR 4 français 4eme cned

Publié le 29 nov. 2017 il y a 5 mois par EthanRocho - Fin › 2 déc. 2017 dans 5 mois
7.00 / 20
1

Sujet du devoir

 

Bonjour je suis bloquer sur mon devoirs de français Pouvez vous m'aider

 

Devoir 4
I - ÉTUDE DE TEXTE (16 points)
Lis attentivement le texte suivant, puis réponds aux questions en rédigeant des phrases.
Voici un extrait du dernier chapitre du roman Au Bonheur des Dames d’Émile Zola. Le grand
magasin a définitivement triomphé du petit commerce et propose une journée d’inauguration après
de nouveaux travaux. La foule attend avec impatience l’ouverture des portes.
1
5
10
15
20
25
30
35
La rue du 10-Décembre, toute neuve, avec ses maisons d’une blancheur de craie et les
derniers échafaudages des quelques bâtisses attardées, s’allongeait sous un limpide soleil de
février ; un flot de voitures passait, d’un large train de conquête, au milieu de cette trouée
de lumière qui coupait l’ombre humide du vieux quartier Saint-Roch ; et, entre la rue de la
Michodière et la rue de Choiseul, il y avait une émeute, l’écrasement d’une foule chauffée
par un mois de réclame, les yeux en l’air, bayant1
devant la façade monumentale du Bonheur
des Dames, dont l’inauguration avait lieu ce lundi-là, à l’occasion de la grande exposition de
blanc2
. […]
Vers deux heures, un piquet d’ordre dut faire circuler la foule et veiller au stationnement
des voitures. Le palais était construit, le temple élevé à la folie dépensière de la mode. Il
dominait, il couvrait un quartier de son ombre. Déjà, la plaie, laissée à son flanc par la
démolition de la masure de Bourras, se trouvait si bien cicatrisée, qu’on aurait vainement
cherché la place de cette verrue ancienne ; les quatre façades filaient le long des quatre
rues, sans une lacune, dans leur isolement superbe. Sur l’autre trottoir, depuis l’entrée de
Baudu dans une maison de retraite, le Vieil Elbeuf était fermé, muré ainsi qu’une tombe,
derrière les volets qu’on n’enlevait plus ; peu à peu, les roues des fiacres les éclaboussaient,
des affiches les noyaient, les collaient ensemble, flot montant de la publicité, qui semblait
la dernière pelletée de terre jetée sur le vieux commerce ; et, au milieu de cette devanture
morte, salie des crachats de la rue, bariolée des guenilles du vacarme parisien, s’étalait,
comme un drapeau planté sur un empire conquis, une immense affiche jaune, toute fraîche,
annonçant en lettres de deux pieds la grande mise en vente du Bonheur des Dames. On eût dit
que le colosse, après ses agrandissements successifs, pris de honte et de répugnance pour le
quartier noir, où il était né modestement, et qu’il avait plus tard égorgé, venait de lui tourner
le dos, laissant la boue des rues étroites sur ses derrières, présentant sa face de parvenu3
à
la voie tapageuse et ensoleillée du nouveau Paris. Maintenant, tel que le montrait la gravure
des réclames, il s’était engraissé, pareil à l’ogre des contes, dont les épaules menacent de
faire craquer les nuages. D’abord, au premier plan de cette gravure, la rue du 10-Décembre,
les rues de la Michodière et Monsigny, emplies de petites figures noires, s’élargissaient
démesurément, comme pour donner passage à la clientèle du monde entier. Puis, c’était
les bâtiments eux-mêmes, d’une immensité exagérée, vus à vol d’oiseau avec leurs corps
de toitures qui dessinaient les galeries couvertes, leurs cours vitrées où l’on devinait les
halls, tout l’infini de ce lac de verre et de zinc luisant au soleil. Au-delà, Paris s’étendait,
mais un Paris rapetissé, mangé par le monstre : les maisons, d’une humilité4 de chaumières
dans le voisinage, s’éparpillaient ensuite en une poussière de cheminées indistinctes ; les
monuments semblaient fondre, à gauche deux traits pour Notre-Dame, à droite un accent
circonflexe pour les Invalides, au fond le Panthéon, honteux et perdu, moins gros qu’une
lentille. L’horizon tombait en poudre, n’était plus qu’un cadre dédaigné, jusqu’aux hauteurs
de Châtillon, jusqu’à la vaste campagne, dont les lointains noyés indiquaient l’esclavage.
Au Bonheur des Dames, Émile Zola, chapitre XIV
22 — © Cned, Français 41
Devoir 4 – suite
Page 2/5 — Devoir 4
NOTES :
1- bayant : regardant bouche bée.
2- blanc : linge de maison (draps, serviettes de toilette, etc.)
3- parvenu : qui s’est enrichi mais dont les manières manquent de distinction.
4- humilité : modestie, pauvreté.
A. La grande inauguration (5 points)
1- Quel nom porte la toute nouvelle rue ? (0,5 point)
2- Quelle partie du « Bonheur des Dames » est inaugurée ce jour-là ?
Relève dans ta réponse l’expression qui l’indique. (0,5 point)
3- Quel évènement est organisé dans le magasin lors de cette inauguration ?
Relève dans ta réponse l’expression qui l’indique. (0,5 point)
4- Dans le deuxième paragraphe, retrouve et recopie quatre métaphores et
une comparaison employées pour caractériser le « Bonheur des Dames ».
(2,5 points : 0,5 point par métaphore et 0,5 point pour la comparaison)
5- Quels aspects du « Bonheur des Dames » ces images mettent-elles en valeur ?
(1 point pour deux réponses)
B. Le vieux commerce (6 points)
1- Qu’est devenu Baudu, l’oncle de Denise ? (1 point)
2- Le « Vieil Elbeuf » ne présente plus qu’une « devanture morte » (l. 18-19).
Quelle comparaison est employée par le narrateur entre les lignes 15 à 20
pour exprimer la mort de ce petit magasin ? (1 point)
3- « Cette verrue ancienne » (l. 13)
a) Quel élément est désigné par cette expression ? (1 point)
b) Comment s’appelle cette figure de style ? (1 point)
c) Retrouve dans les lignes 11 et 12 un nom et un participe passé qui
préparent cette image et recopie-les. (1 point)
4- « la dernière pelletée de terre jetée sur le vieux commerce » (l. 18)
À quel événement étudié dans un extrait de la séquence cette expression
te fait-elle penser ? (1 point)
C. Un Paris rapetissé (5 points)
1- Sur quel support, décrit à partir de la ligne 20, le grand magasin et la ville
de Paris sont-ils dessinés ? (0,5 point)
2- Sur ce dessin, le « Bonheur des Dames » semble écraser la ville et le paysage alentour.
Dans les sept dernières lignes du texte, recopie trois expressions qui traduisent
ce phénomène de rapetissement. (1,5 point)
© Cned — Devoirs, Français 41 — 23
Devoir 4 — Page 3/5
Devoir 4 – suite
3- Dans les dernières lignes du texte, trois monuments parisiens sont mentionnés.
Comment sont-ils représentés ? Pour répondre, recopie et complète
le tableau qui suit. (3 points)
Monuments Représentations
I

Où j'en suis dans mon devoir

Merci d'aider et d'accompagner, mais de ne pas faire le devoir dans son intégralité.

La modération




2 commentaires pour ce devoir


Il faut être inscrit pour accéder aux réponsesInscription gratuiteOUJ'ai déjà un compte
Gamy
Gamy
Posté le 29 nov. 2017

Il y a des questions dont la réponse est écrite en toutes  lettres, commence par répondre à ces questions, on verra ensuite.

 

Et si possible, nettoie ta demande.

 

Signalement abusif.

La modération

 

maryzamou
maryzamou
Posté le 29 nov. 2017

1- Quel nom porte la toute nouvelle rue ? 

tu n'as pas trouvé ?????? le texte débute par ça !!!!!! 
2- Quelle partie du « Bonheur des Dames » est inaugurée ce jour-là ?

et ça non plus ???? où est ton travail ? nous n'avons pas le droit, ici, de faire le travail à ta place mais seulement te guider, corriger, expliquer, etc ... 

3- Quel évènement est organisé dans le magasin lors de cette inauguration ?

pas très compliqué non plus, il suffit de lire aussi

4- Dans le deuxième paragraphe, retrouve et recopie quatre métaphores (commence par chercher la définition de ce mot pour savoir ce que tu dois chercher)et
une comparaison employées pour caractériser le « Bonheur des Dames ».



Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte