l'épopée de Gilgamesh

Publié le 18 janv. 2021 il y a 1A par maaroufkaram36 - Fin › 21 janv. 2021 dans 1A
4

Sujet du devoir

à ton avis, pourquoi a-t-il été décidé d'écrire cette épopée?




1 commentaire pour ce devoir


domi
domi
Posté le 19 janv. 2021

C'est au XIXe siècle que des archéologues anglais ont retrouvé les tablettes de l'épopée de Gilgamesh sur le site de Ninive, une ancienne cité de Mésopotamie, région antique dans la vallée de l'Euphrate où se situe l'Irak d'aujourd'hui. Les textes étaient gravés en écriture cunéiforme, la plus ancienne écriture connue, sur des tablettes d'argile. Un jeune amateur d'Histoire anglais, engagée par le British Museum pour classer les tablettes, parvint à les décrypter. Elles étaient en akkadien, un dialecte sumérien, et avaient été écrites deux mille ans avant notre ère, vraisemblablement par un seul auteur (même si on a découvert d’autres courts récits antérieurs éviquant Gilgamesh, qui prouvaient que sa légende datait des tous premiers moments de la civilisation mésopotamienne). La première tablette qu'il déchiffra racontait l'histoire du Déluge, similaire dans tous ses détails au récit de la Bible, plus d'un millénaire avant… On retrouva la suite le total de 12 tablettes que mentionnait le premier texte, pendant près d'un siècle de recherches, retrouvant les tablettes de ce récite dispersées un peu partout dans la région, souvent chez des antiquaires, sans doute vendues par des pilleurs d'antiquités. 

Cette suite racontait les aventures extraordinaires du Roi d'Uruk, une cité mésopotamienne, un peu à la manière des travaux d'Hercule. Gilgamesh est un demi-dieu dans le récit, fils du roi précédent d'Uruk et d'une déesse, Ninsun. Grand, beau, fort, invincible, il refuse de se soumettre à un envahisseur ennemi et sauve son peuple car ses ennemis abandonnent la guerre à sa seule vue. Mais sa propre force lui monte à la tête et il finit par régner en tyran. Alors son peuple demande aux Dieux de le remettre dans le droit chemin. Le dieu Enki lui fabrique alors un rival façonné dans l'argile, Enkidu. Il l'envoie le combattre mais les deux vont finir à l'issue de leur lutte par devenir… les meilleurs amis du monde ! Dès lors Gigamesh accomplit plusieurs exploits avec son allié Enkidu, il tue un démon puis un taureau céleste envoyé par les dieux mais ceux-ci se vengent car ils le trouvent trop arrogant et font mourir Enkidu. Gilgamesh est effondré et quitte son royaume, partant dans un voyage en quête de l'immortalité. Il ne la trouvera pas et retournera à Uruk, comprenant qu'il est mortel et que sa tâche est de veiller sur sa ville et son peuple et d'accepter sa mort future.

 

Pourquoi avoir raconté cette épopée ? Pourquoi l’avoir gravée sur des tablettes d’argile oubliée pendant des siècles après la fin de cette civilisation sumérienne et retrouvées 3000 ans plus tard ? 

 

Il y a de nombreuses histoires dans l’histoire de Gilgamesh, comme la guerre affrontée par la cité d’Uruk, l’origine d’Enkidu façonné dans la glaise, la manière dont l’amour d’une femme va civiliser cet homme sauvage, le conflit entre les hommes et les Dieux et la traversée des Enfers –comme dans l’Odyssée-, les exploits du héros surhumain, le combat contre des monstres chimériques, le sauvetage de l’humanité dans une arche après le Déluge. On peut voir ces histoires comme des paraboles de l’Histoire de la civilisation humaine, ses conflits, sa lutte pour sa survie, ses efforts pour se civiliser, les grands hommes qui ont mené des guerres et bâti des empires. 

 

Dès le départ, les légendes étaient mêlées à la réalité historique (par exemple on dit que le roi Gigamesh aurait existé, mais rien n’est sûr à ce sujet et s’il a existé il n’a sans doute pas accompli les exploits qu’on lui attribue et n’était pas d’origine divine). Il y avait donc un aspect de divertissement dans cette histoire –qui avait de nombreux aspects d’aventure exaltante qu’on pouvait découvrir à la lecture. L’épopée de Gilamesh était un peu l’équivalent du roman de chevalerie au Moyen-Âge ou d’un film Marvel de super héros pour le public d’aujourd’hui !

 

Et ce récit a aussi servi de « roman » national, il permettait à un peuple d’être unifié par la même culture, les mêmes références, les mêmes repères. Ecrire ces histoires a permis de fixer (mieux qu’à l’oral) et perpétuer l’Histoire (même plus légendaire que réelle) du royaume de Sumer de génération en génération.

 

Il y avait aussi une vocation plus philosophique dans ce récit qui évoque les grandes questions que se posent les hommes depuis toujours : d’où venons-nous (Enkidu façonné dans la terre crue est un homme « préhistorique » couvert de poils, à l’état sauvage, qui va devoir se civiliser, Gilgamesh est d’origine divine, son peuple s’est fixé en Mésopotamie après le Déluge), qu’est-ce qui nous unit (l’amour, l’amitié entre Enkidu et Gilgamesh), pourquoi sommes-nous mortels. Il évoque aussi l’apprentissage, l’initiation du héros à la sagesse. En imaginant des réponses à ces questions par les actions divines, cette grand épopée a aussi fixé et forgé les mythes religieux et les figures sacrées des civilisations qui lui ont succédé –des Dieux de l’Egypte et de l’Antiquité grecque au récit de la Bible.


Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte