Business plan de creation d'un site en ligne de production musicale

Publié le 31 mai 2011 il y a 11A par Anonyme - Fin › 3 juil. 2015 dans 6A
1

Sujet du devoir

VOTRE PROJET _ Généralités sur votre projet Création d’une franchise d’un centre de loisirs en entreprise ou dans les centres commerciaux. Le projet est a son commencement, il consistera en premier lieu a crée un centre de loisirs pour les enfants de 0 a 14 ans. Situe a Genève dans le but d’offrir un service d’assistance aux parents a durée déterminée (system de forfait) o Nature du projet Centre de loisirs pour les 0 a 14 ans offrant des prestations autant au niveau de la garderie que de loisirs ainsi que l’aide a la vie scolaire. o Fiche signalétique de l’entreprise - Children’s care - Genève (Balexert) - Franchise - Le capital social et sa répartition (sauf pour une entreprise individuelle) ???? - La date et le lieu du dépôt de la demande d'immatriculation au Registre du commerce et des sociétés ou au Répertoire des métiers. Juin 2011 ??????? _ A quel stade en êtes-vous ? (Il est important de planifier la création de votre entreprise) o Rentrée scolaire Aout 2011 o Qu'avez-vous déjà réalisé pour préparer le lancement du projet ? ??????????? o Que vous reste-t-il à faire ? _ Aides accordées ou en cours de négociation Indiquez quelles sont les aides sur lesquelles vous comptez, et où vous en êtes dans les contacts pour les obtenir. Ces aides peuvent être : o financières : subvention ( ex : prime du Conseil Régional, FRAC, EDEN, ACCRE, ...) ou prêt ou avance remboursable (EDEN ; prêt d’honneur ; PCE - prêt à la création d’entreprise …) o logistiques : accompagnement, assistance à la gestion, caution morale (facilitant l'accès au crédit bancaire)… o des prises de participation en fonds propres (société de capital-risque, club d'investisseurs, investisseur providentiel, etc.). Remplissez le tableau ci-contre en précisant bien, dans chaque cas, l'organisme, le type d'aide et l'état d'avancement. Conditions de réussite : Bien planifier pour lancer l’activité au moment le plus favorable. Synchroniser l’utilisation prévue des aides financières avec leur date probable de déblocage. VOTRE PROJET _ Généralités sur votre projet o Nature du projet o Fiche signalétique de l’entreprise _ A quel stade en êtes-vous ? _ Aides accordées ou en cours de négociation Organismes Type d'aide Prévu En négociation Acquis VOTRE PROJET (suite) _ Genèse de votre projet et motivations pour le réaliser Cette partie est destinée à permettre d'appréhender les origines et mobiles de votre projet de création d'entreprise. Historique et genèse de ce projet D'où vient l'idée ? Pourquoi celle-ci et pas une autre ? Cherchez-vous à profiter d'une expérience, d'une opportunité, d'une connaissance, etc. ? Motivations Nous vous suggérons d'expliquer comment vous en êtes arrivé à envisager de monter, puis développer votre projet de création d'entreprise. Qu'est-ce qui vous pousse à vouloir lancer cette affaire ? _ Quels objectifs poursuivez-vous à travers votre projet ? On a l'habitude de dire que trois objectifs orientent généralement les décisions d'un chef d'entreprise : l'expansion, la rentabilité, l'autonomie. Quel est celui ou ceux qui vous paraissent orienter vos efforts ? Y en a-t-il d'autres que vous recherchez ? Pourquoi ? Dimension de votre entreprise Indiquez quelle importance vous chercherez à donner à votre entreprise. Vous pouvez pour cela utiliser l'indicateur qui vous paraît le plus représentatif (effectif, chiffre d'affaires, capitaux propres, part du marché, ...). Y a-t-il selon vous une taille maximale à atteindre ou, à l'inverse, une dimension à ne pas dépasser ? Votre entreprise dans 10 ans Comment la voyez-vous ? Que fera-t-elle ? Comment se situera-t-elle sur le marché ? Quelle sera sa structure et qu'y ferez-vous ? Conditions de réussite : Avoir un projet dont les caractéristiques (fonctionnement, perspectives…) répondent parfaitement à ses motivations et à ses objectifs. Prévoir, anticiper, vous lancer en ayant déjà réfléchi à une stratégie de développement. VOTRE PROJET (suite) _ Genèse de votre projet et motivations pour le réaliser Historique et genèse de ce projet Motivations _ Quels objectifs poursuivez-vous à travers votre projet ? Quelle dimension souhaiteriez-vous donner à votre entreprise ? Comment voyez-vous votre entreprise dans 10 ans ? VOTRE PRODUIT ET SON MARCHÉ _ Le produit (ou la prestation) Description Il s'agit de faire apparaître les différentes caractéristiques de votre produit (ou de votre prestation) et de faire en sorte que le lecteur du dossier saisisse à la fois ce qu'il est et ce à quoi il sert. Indiquez donc sa description physique, ses caractéristiques techniques, ses performances et surtout son utilisation ou utilité (à quel besoin répond-il ?) S'il y a plusieurs produits, il est bon d'utiliser des annexes. Usages secondaires En dehors du besoin primordial auquel répond votre produit, a-t-il ou peut-il avoir d'autres utilisations différentes qui accroîtraient son intérêt et son marché ? _ Le marché Il s'agit dans cette partie d'extraire les conclusions principales de l'étude de marché que vous avez menée de manière plus ou moins approfondie. Quel est votre marché ? A quels besoins comptez-vous répondre et, en conséquence, sur quel marché vous situez-vous (exemple : le marché du loisir) ? Précisez obligatoirement si le marché que vous visez est local, régional, national ou international et, par la suite, ne raisonnez que sur le marché choisi. Caractéristiques de la demande (consommation) o Volume et évolution de la demande. Donnez les indications sur le volume général de votre marché (celui que vous visez précisément) en montant de chiffre d’affaires et/ou en nombre de produits ou prestations. Quel a été le comportement de ce marché au cours des dernières années (stagnation, déclin, progression…) ; taux de croissance annuel en % en précisant s’il s’agit de quantité ou d’euros ? Evolution prévisionnelle du niveau de consommation? Condition de réussite : Avoir un produit adapté à un besoin repéré, mal ou pas satisfait, émanant de clients potentiels accessibles, solvables et en nombre suffisant. VOTRE PRODUIT ET SON MARCHÉ _ Le produit Description précise du produit (ou du service concrétisant votre l'idée) Quels sont les usages secondaires de votre produit ? _ Le marché Quel est votre marché ? Caractéristiques de la demande o Volume et évolution de la demande. VOTRE PRODUIT ET SON MARCHÉ (suite) Caractéristiques de la demande (suite) o Type de clientèle Quelle est la clientèle de ce marché : consommateurs individuels, collectivités, grossistes, détaillants, industriels, etc. Précisez ce que chaque type de clientèle représente dans le marché en % des ventes et, si possible, en nombre de clients. Aurez-vous dans la cible de clientèle beaucoup ou peu de clients, des gros ou des petits ? o Autres points importants sur la consommation Indiquez ici et détaillez les points clés de ce marché sur le plan de la consommation. Exemples : saisonnalité de la demande (précisez), type de distribution obligatoire, chaîne de consommation, motivations clés des acheteurs, ... Caractéristiques de l'offre o Généralités Avant de détailler vos plus gros concurrents, indiquez quelles sont les caractéristiques générales de l'offre sur ce marché. Exemples : concentration ou, au contraire, multitude de concurrents, intensité concurrentielle, type de distribution généralement choisi, évolution technologique, ... o Précisez ensuite quels sont vos principaux concurrents et indiquez pour chacun : ancienneté, taille, CA, part de marché, caractéristiques de leurs produits, réputation, politique commerciale, etc. L'environnement professionnel et extra-professionnel Indiquez si, dans l'environnement économique, juridique et sociologique actuel ou futur, des éléments peuvent influencer favorablement ou défavorablement le marché visé. Exemples : un changement prévu de réglementation, une modification annoncée d'un plan d'urbanisme, une évolution rapide et perceptible des comportements, des mentalités, d'un mode de consommation, etc. Conditions de réussite : Rechercher différentes sources d'informations, sans négliger l'observation directe et le contact personnel avec les prospects. Recouper ces informations entre elles et avec les dires d'experts. VOTRE PRODUIT ET SON MARCHÉ (suite) Caractéristiques de la demande (suite) o Type de clientèle et répartition en % des ventes dans le marché o Autres points jugés importants sur la consommation Caractéristiques de l'offre o Généralités • Vos principaux concurrents L'environnement VOTRE CHIFFRE D'AFFAIRES _ Part du marché Avant de calculer votre chiffre d'affaires, il faudrait, dans le marché que vous visez (local, régional, ...), savoir quelle est la part que vous vous fixez comme objectif. Indiquez-la en % et précisez l'évolution sur les trois premières années d'exploitation. Y-a-t-il un niveau minimum de part de marché à atteindre impérativement ? Pourquoi ? Que représentera votre (ou vos) principal(aux) client(s) dans votre CA ? Avez-vous déjà des contacts avec vos clients ? Si oui, où en sont ces contacts ? _ Le chiffre d'affaires Pour évaluer le montant du chiffre d'affaires, il suffit de multiplier la quantité de marchandises vendues (activité commerciale) ou la production vendue (activité industrielle) par leurs prix de vente respectifs. Schématiquement, on peut distinguer 3 types d'approche dans le calcul du chiffre d'affaires. o Définition du CA prévisionnel par imitation Le créateur base ses prévisions sur le CA moyen réalisé habituellement par les entreprises qui travaillent dans la même branche d'activité ou en utilisant les ratios commerciaux de la profession. o Définition du CA prévisionnel par les charges* Le créateur définit comme CA prévisionnel le montant des ventes qu'il faut réaliser pour couvrir les charges d'exploitation (notion de seuil de rentabilité - point mort). o Définition du CA prévisionnel par les produits** Le créateur a testé ou a fait tester son produit auprès de la clientèle potentielle en recueillant des promesses d'achat conditionnelles ou fermes. Ce sont ces dernières qui font l'objet du calcul du CA. En conclusion, indiquez ici les chiffres d'affaires que vous prévoyez pour les 3 premières années d'activité, et décomposez par mois le CA de la première année selon le critère qui vous paraît le plus significatif (exemple : par produit, par canal de distribution, par pays ou région). Attention ! par CA, il faut entendre CA facturé et non commandes reçues ou CA encaissé. Si vous avez démarré, vous pouvez indiquer, à la suite du tableau, le CA que vous avez réalisé. Vous pouvez également préciser le montant des commandes déjà signées. Conditions de réussite Faire une étude de marché en étant très concret. Chaque fois que c'est possible montrer votre produit (maquette, prototype) ou illustrer la présentation de votre prestation (plaquette, press-book, film vidéo...) à un panel d'acheteurs potentiels et, à cette occasion prendre, si possible, des commandes fermes (conditionnées bien sûr à la création effective de l'entreprise). VOTRE CHIFFRE D'AFFAIRES _ Part du marché _ Le chiffre d'affaires CA HT (k€)* 1ère année : 2ème année : 3ème année : CA HT 1ère année CA HT décomposé Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Remarques :   VOTRE EMPLACEMENT (cas particulier du commerce de proximité) Si votre activité relève du commerce de détail, l'étude de la qualité de l'emplacement est primordiale. Les éléments à fournir sont à adapter en fonction de votre cas (ce qui suit ne constitue pas une liste exhaustive) Description Décrivez en la justifiant la zone de chalandise que vous avez déterminée par rapport à l'emplacement choisi avec ses caractéristiques dominantes : historique, types d'habitats, activité et situation économique, types de population (grands traits de ceux qui la composent : qui y vivent, qui y passent ou y viennent travailler), infrastructures et équipements, etc. Exemple succinct : zone périurbaine englobant les quartiers nord de ……….. composée essentiellement d'un secteur pavillonnaire ouvrier construit après guerre représentant environ 500 maisons et 3 cités de………… , zone en pleine expansion du fait de ……..., etc. Ensuite après cette présentation du "plan de masse" en venir à la description précise de la zone de chalandise délimitée, par rapport à l'adresse du local visé, à un certain nombre de pâtés de maisons, à certaines rues ou avenues, etc. Décrivez l'environnement immédiat de votre futur local (autres commerces, commodités et pôles d'attraction : parc de stationnement, transports en commun, proximité d'une grande enseigne commerciale, etc.), la fréquentation des chalands (flux des passants devant le local), etc. Evaluation de la clientèle potentielle de l'emplacement Indiquez le nombre de prospects : par tranches d'âge, par sexe, par catégories socioprofessionnelles. Indiquez leur niveau de pouvoir d'achat et, s'il y a lieu, leur taux d'équipement ou niveau de consommation moyenne annuelle, par rapport à ce que vous allez vendre. Calculez si possible le montant du marché théorique de votre zone de chalandise, à rapprocher de la part de marché captée par la concurrence sur place et hors zone (notamment par VPC) afin de pouvoir estimer ensuite le chiffre d'affaires potentiellement réalisable. (En annexe du dossier vous pouvez fournir plans, descriptif et photos du local) Condition de réussite : Choisir un emplacement devant lequel passent de nombreux acheteurs potentiels, et disposant d'un environnement immédiat en harmonie avec le type de commerce que l'on veut exercer. VOTRE EMPLACEMENT Description Evaluation de la clientèle potentielle de l'emplacement   VOTRE STRATEGIE Les éléments recueillis tant sur le besoin des clients (la demande) que sur la concurrence (l'offre) et sur l'environnement doivent vous permettre de définir votre stratégie. C'est-à-dire de viser telle(s) cible(s) plutôt que telle(s) autre(s) et de déterminer "l'habillage de votre offre" afin de conquérir ces clients-là. Présentez la segmentation de votre clientèle potentielle (les critères que vous avez retenus pour déterminer les différents types de clients possibles). Expliquez le ciblage des clients que vous avez retenus : "couple(s) produit/marché" dont vous allez vous occuper en priorité pour le commencement de votre activité. Précisez quel positionnement vous avez choisi pour vous démarquer sensiblement des concurrents (être mieux perçu par les acheteurs potentiels que les concurrents déjà installés ne veut pas forcément dire être moins cher !). Conditions de réussite : Choisir des critères pertinents pour ventiler en différentes catégories de cibles sa clientèle potentielle, retenir dans les "couples produit/marché" le segment de clientèle le plus facile d'accès, le moins risqué, qui correspond le mieux à son savoir-faire, à ses moyens, etc… et trouver un positionnement attrayant qui permette d'être vraiment différent des concurrents tout en restant très crédible. VOTRE STRATEGIE Segmentation déterminée Ciblage retenu Positionnement choisi VOS MOYENS COMMERCIAUX Maintenant que vous connaissez votre marché, le niveau prévisionnel de votre chiffre d'affaires, il s'agit de déterminer à présent les moyens commerciaux et de production pour atteindre l'objectif de chiffre d'affaires que vous vous êtes fixé. Décrivez donc sur la page ci-contre les principaux éléments de votre politique commerciale (le marketing-mix). _ Politique de produit Quelles sont les caractéristiques de votre produit ou prestation par rapport à ceux de vos concurrents ? Quels en sont les aspects positifs et négatifs au regard des distributeurs, consommateurs, etc. : présentation, performances, garantie, simplicité, … ? Aurez-vous un produit ou une gamme, plusieurs produits ou plusieurs gammes ? Si vous ouvrez un magasin, expliquez le choix de votre assortiment. _ Politique de prix Quel est le niveau de prix de vos produits ou prestations? Comment vous situez-vous par rapport à la concurrence ? Pourquoi ? _ Politique de distribution Indiquez quel type de canal(aux) de distribution vous comptez utiliser pour vos produits. Où en sont vos contacts avec ces canaux ? Quels sont leurs délais et modes de règlement ? Envisagez-vous de vendre directement ? Si oui, par quels moyens ? S'il est prévu une force de vente, indiquez son nombre, sa structure, son type de rémunération. _ Politique de communication Allez-vous réaliser des actions promotionnelles ou publicitaires ? Si oui, quel message voulez-vous transmettre et par quels moyens ? Quel budget avez-vous prévu ? _ Autres éléments de la politique commerciale Indiquez ici tous les éléments de votre politique commerciale qui vous semblent importants et que vous n'auriez pas jusqu'à présent cités. Exemples : - vous connaissez déjà les clients, vous avez dans votre équipe de départ un représentant bien introduit, une entreprise importante vous aide pour le démarrage commercial, vous possédez un fichier à jour de la clientèle, - le CA prévu à l'exportation est de... sur tel pays... Condition de réussite : Les différentes contraintes financières générées par les choix de marketing-mix doivent être compatibles avec les moyens financiers que vous pourrez réunir. VOS MOYENS COMMERCIAUX _ Politique de produit _ Politique de prix _ Politique de distribution _ Politique de communication _ Autres éléments de la politique commerciale VOS MOYENS DE PRODUCTION (1) Dans cette partie, nous vous proposons de détailler l'ensemble des moyens en personnel, en immeubles, en matériel, ... qui vous sont nécessaires, la production correspondant à vos objectifs commerciaux. _ Les moyens en immeubles et terrains Si vous avez trouvé vos locaux, donnez-en les caractéristiques. Sinon, indiquez vos besoins en immeubles et terrains : surface, localisation, contraintes éventuelles, possibilités d'agrandissement, ... Traduisez ensuite ces données en conditions d'acquisition et d'exploitation (réelles si vous avez trouvé les locaux, réalistes en fonction des coûts régionaux dans le cas contraire). Pour cela, vous pouvez utiliser le tableau ci-contre. Précisez éventuellement en annexe, si cela s'avère nécessaire, le détail de chaque poste (achat, loyer, crédit-bail). Dans ce tableau récapitulatif, il vous faut indiquer, pour les achats : 1) le montant des investissements annuels que vous réalisez, 2) le montant réel des amortissements annuels induits. _ Les moyens en matériel d'exploitation Indiquez tout d'abord les différents types de matériel dont vous avez besoin pour assurer votre production (si nécessaire joignez une liste en annexe) et précisez les dates probables d'acquisition. Faites apparaître les particularités et les avantages de ces investissements. Traduisez ensuite ces données en conditions d'acquisition et d'exploitation dans le tableau ci-contre. Conditions de réussite : Limiter le plus possible les charges fixes, donc les investissements. Recourir autant que possible à la sous-traitance (charges variables). VOS MOYENS DE PRODUCTION (1) _ Les moyens en immeubles et terrains Conditions d'acquisition et d'exploitation Coût en k€/an 1ère année 2ème année 3ème année ACHAT Immobilisations Amortissements annuels LOCATION Charges loyer CRÉDIT-BAIL Charges crédit-bail _ Les moyens en matériel d'exploitation Conditions d'acquisition et d'exploitation Coût en k€/an 1ère année 2ème année 3ème année ACHAT Immobilisations Amortissements annuels ACHAT OCCASION Immobilisations Amortissements annuels LOCATION Charges loyer CRÉDIT-BAIL Charges crédit-bail VOS MOYENS DE PRODUCTION (2) _ Les moyens en éléments incorporels Si, pour votre activité, vous devez utiliser des brevets ou licences, indiquez-le. Précisez d'où viennent ces brevets, à qui ils appartiennent, sous quelle forme ils sont utilisés (licences ou brevets en propre). Comment sont-ils éventuellement acquis, et quel est leur coût (investissement ou rémunération d'un tiers, ...). Où en êtes-vous dans les négociations à ce sujet ? _ Les moyens humains En remplissant le tableau ci-contre, indiquez l'effectif que vous prévoyez de recruter sur 3 ans, la répartition de cet effectif selon les catégories définies, le niveau de salaire actuel prévu par catégorie, et déduisez-en la masse salariale globale (salaires + charges sociales) par année, en tenant compte de l'évolution des rémunérations. Autres points importants Indiquez dans cette partie toutes les remarques que vous jugez importantes sur votre politique et vos besoins en personnel. Par exemple : o niveau des salaires par rapport à la profession ou à la région, o types de qualification nécessaires et, éventuellement, problèmes de personnel qualifié, o système de rémunération et politique d'intéressement... Conditions de réussite : Au démarrage, chercher à minimiser le plus possible le risque sur les recrutements. Eviter de confier la réalisation du chiffre d'affaires à quelqu'un qui n'est pas partie prenante dans le projet.   VOS MOYENS DE PRODUCTION (2) _ Les moyens en éléments incorporels _ Les moyens humains Salaire brut moyen actuel NOMBRE (mensuel) Début activité Fin de1ère année Fin de 2ème année Fin de 3ème année Productifs Encadrement Commercial Administration et direction Masse salariale annuelle en k€ (charges sociales incluses) _ Autres points importants VOS MOYENS DE PRODUCTION (3) _ Les fournisseurs et les sous-traitants Les fournisseurs Ne traitez dans ce paragraphe que des fournisseurs réels (matières premières, produits finis ou semi-finis) pour lesquels vous ne jouez pas le rôle d'un donneur d'ordres. Que représenteront vos achats HT par rapport à votre CA HT ? Avez-vous déjà pris des contacts avec ces fournisseurs ? Précisez le nombre de vos fournisseurs, le nom et le poids (en % de vos achats) des plus importants. Indiquez pour chacun d'eux les conditions de règlement usuelles ou négociées. Les sous-traitants Si vous sous-traitez, précisez la part de la sous-traitance dans votre activité (nombre d'heures sous-traitées par rapport au nombre d'heures en propre par exemple) et l'évolution de cette part sur les 3 premières années. Quel type de travaux sous-traitez-vous et pourquoi ? Avec combien de sous-traitants envisagez-vous de travailler ? Les connaissez-vous (ancienneté, réputation, etc.) ? Que représentera votre plus gros sous-traitant ? Quelles conditions de paiement obtiendrez-vous ? Conditions de réussite : Assurez-vous de la santé de vos fournisseurs et sous-traitants, si vous devez verser des acomptes à la commande. Choisissez des sous-traitants ayant une bonne notoriété pour limiter votre risque. NB : Si vous avez des renseignements complémentaires utiles à la compréhension de votre dossier à fournir concernant surtout cette partie, vous pouvez les indiquer en annexes. VOS MOYENS DE PRODUCTION (3) _ Les fournisseurs et les sous-traitants Les fournisseurs Matières premières Marchandises Montant achat HT % des achats Délai de paiement Fournisseur 1 Fournisseur 2 Fournisseur 3 Total Les sous-traitants Produits finis et semi-finis Montant achat HT % des achats Délai de paiement Fournisseur 1 Fournisseur 2 Fournisseur 3 Total VOTRE DOSSIER FINANCIER Il s'agit dorénavant de traduire en termes financiers les différentes données que vous venez de présenter et d'examiner un certain nombre d'équilibres que tous financiers et banquiers recherchent. Pour cela, vous devez élaborer successivement dans les cadres qui vous sont fournis : o le compte de résultat prévisionnel sur 3 ans, o le besoin en fonds de roulement (BFR), o le plan de financement initial (ou plan de financement de départ) o le plan de financement sur 3 ans. Vous pouvez, par la suite, vous pencher sur certains éléments clés de votre exploitation : rentabilité, calcul du point mort, prix de revient de votre (vos) produit(s). _ Explication de la démarche Pour savoir si votre entreprise rapporte plus que vous n'y avez "investi", vous comparez d'abord les charges et les produits des 3 premiers exercices en établissant le compte de résultat prévisionnel sur 3 ans (1). Faute d'informations précises sur les crédits à court, moyen et long terme que vous demanderez en fonction du plan de financement de départ et du plan de trésorerie (pages suivantes), vous les laissez, pour le moment, à part. Pour comparer les ressources dont vous disposez à vos besoins, vous calculerez votre besoin en fonds de roulement (2), puis vous établirez votre plan de financement de départ (3) afin de déterminer les capitaux d'emprunt dont vous auriez besoin (emprunt à moyen ou long terme). Les charges induites par le crédit d'investissement sont à reporter dans le compte de résultat. L'établissement du plan de trésorerie pour la première année (4) vous permettra de confronter les décaissements (acquisition des immobilisations, charges découlant de l'activité et remboursements du crédit d'investissement,….) avec les encaissements (apports, versement prime ou subvention, déblocage du crédit et perception du chiffre d'affaires, …). Si certains mois, la trésorerie ressort négative, il faudra alors prévoir de négocier des crédits à court terme. S'il doit y avoir recours aux crédits bancaires à court terme, les agios correspondants seront à imputer dans les charges financières du compte de résultat. Pour avoir une bonne idée de la solidité financière de votre entreprise pendant la période du premier développement, vous devrez reprendre dans un plan de financement à trois ans les ressources durables nouvelles et les besoins durables nouveaux apparaissant pour chacune de ces premières années d'activité (5). Un deuxième passage des différentes étapes permet les ajustements nécessaires et le contrôle de vos calculs pour optimiser ainsi le financement de votre entreprise. Des vérifications ainsi que des calculs de rentabilité fournissent des informations importantes et servent à comparer vos objectifs au résultat atteint. VOTRE DOSSIER FINANCIER La démarche 1 - PLAN DE FINANCEMENT INITIAL Besoins durables • Frais d’établissements • Investissements HT • Besoin en fonds de roulement Ressources durables • Capital • Comptes courants d’associés • Subvention ou prime • Emprunts à terme 2 - COMPTE DE RESULTAT PREVISIONNEL SUR 3 ANS Charges • Charges • Amortissements • Charges financières (non chiffrables au 1er passage) N N+1 N+2 Produits • Chiffre d’affaires • Produits financiers N N+1 N+2 BENEFICE PERTE 3 - PLAN DE TRESORERIE PREVISIONNELLE / 1ère ANNEE • Encaissements TTC • Décaissements TTC • Ecart • Cumul Mois 1 Mois 2 Mois 3 Jusqu’à mois 12 + - - + + 4 - PLAN DE FINANCEMENT A 3 ANS Besoins • Frais d’établissement • Investissements HT • Besoin en fonds de roulement • Remboursements annuels des emprunts à MLT • Dividendes (s’il y a lieu) N N+1 N+2 Ressources • Capital • Comptes courants d’associés • Subvention ou prime • Capacité d’autofinancement • Emprunts à MLT N N+1 (1) • N+2 (1) • EXCEDENT DOSSIER FINANCIER (1) _ Le compte de résultat prévisionnel La présentation qui vous est proposée dans la page ci-contre permet de faire ressortir des résultats et marges partielles successives tel que le prévoit le nouveau plan comptable. o Vente de marchandises : si vous vendez des produits sans les avoir modifiés, marquez le chiffre correspondant. o Production vendue : ventes de biens et services. o Production stockée : stock final - stock initial (+ ou -). o Subventions d'exploitation (s'il y en a). PRODUITS D'EXPLOITATION dont la composante essentielle est le chiffre d'affaires. o Achats de marchandises : c'est le montant des achats effectués au cours de l'exercice. o Variation de stocks (même analyse pour les matières premières et marchandises) : différence entre le stock initial de marchandises et le stock final. Un résultat négatif (stock final > stock initial) signifie que toutes les marchandises achetées au cours de l'exercice n'ont pas été revendues et sont donc venues gonfler les stocks. Par contre, une variation positive (stock final < stock initial) indique que l'entreprise a vendu plus de marchandises qu'elle n'en a acquis au cours de l'exercice ; elle a donc puisé dans son stock. o Charges externes : sous-traitance, crédit-bail, entretien, maintenance, primes d'assurances - autres charges : honoraires, publicité, PTT, timbres-poste, transports divers, frais d'actes et de contentieux. VALEUR AJOUTÉE : elle exprime la différence entre ce que l'entreprise produit et ce qu'elle consomme comme biens et services acquis à l'extérieur. o Impôts et taxes : impôts locaux, droits d'enregistrement et de timbres mais exclut l'impôt sur le bénéfice. EXCÉDENT BRUT D'EXPLOITATION (EBE) : il s'obtient en ajoutant à la valeur ajoutée les subventions éventuellement reçues et en retranchant du total les salaires et charges sociales d'une part, et les impôts et taxes d'autre part. o Dotations aux amortissements : si vous avez acheté un immeuble, du matériel, etc., vous devez les amortir car leur dépréciation avec le temps est une charge pour votre entreprise. RÉSULTAT D'EXPLOITATION : c'est l'EBE moins les dotations aux amortissements. o Charges financières : elles proviennent d'emprunts à long, moyen terme et des crédits à court terme. AUTOFINANCEMENT : c'est le résultat net après impôts et distributions + les dotations aux amortissements. DOSSIER FINANCIER (1) _ Comptes de résultat prévisionnels Année 1 Année 2 Année 3 Ventes de marchandises Production vendue Production stockée Subventions d'exploitation A - PRODUITS D'EXPLOITATION (TOTAL) Achats (y compris sous-traitance) Variation de stocks Charges extérieures 1 - Sous-total B - VALEUR AJOUTÉE = A - 1 2 - Rémunération du personnel 3 - Charges sociales 4- Impôts, taxes et autres versements C - EXCÉDENT BRUT D'EXPLOITATION = B - (2 + 3 + 4) 5 - Dotations aux amortissements, provisions et autres charges D - RÉSULTAT D'EXPLOITATION = C - 5 6 - Produits financiers 7 - Charges financières sur dettes à moyen et long terme 8 - Charges financières sur dettes à court terme E - RÉSULTAT NET AVANT IMPÔT = D + 6 - (7 + 8) 9 - Impôt sur les bénéfices 10 - Dividendes F1 - RÉSULTAT NON DISTRIBUÉ = E - (9 + 10) F2 - AUTOFINANCEMENT NET = E - (9 + 10) + 5 ou F1 + 5 DOSSIER FINANCIER (2)_ Le besoin en fonds de roulement (BFR) Durant tout le cycle de production : stockage matières premières - fabrication - stockage produits finis, l'entreprise a engagé des dépenses. Elle a effectué ainsi une avance de fonds qui ne seront récupérés que lors de la réalisation de la vente des produits. De plus, l'entreprise devra souvent accorder des délais de paiement à ses clients. L'entreprise devra donc financer : o son cycle de production, o son cycle commercial (crédits clients). Ce besoin de financement sera atténué par les délais de paiement consentis par les fournisseurs pour l'achat des matières premières et des fournitures et les crédits de différents autres créanciers. La différence entre les besoins de financement du cycle de production et de commercialisation d'une part, et les ressources apportées par le crédit-fournisseurs d'autre part constitue le besoin en fonds de roulement. Il résulte donc de l'activité de l'entreprise et est spécifique à chaque type de cycle d'exploitation. Le besoin en fonds de roulement doit donc être considéré comme un investissement nécessaire au fonctionnement de l'entreprise. Il doit être financé par des capitaux permanents (fonds propres, subventions et aides, dettes à Long et Moyen Terme). Prenons l'exemple d'une entreprise de production qui présente les caractéristiques suivantes : o CA HT 500 K€; TVA 19,6 % ; CA TTC 598 K€. o Les achats représentent 40 % du CA HT. o Les conditions de règlements : Clients : 40 % à 30 jours ; 60 % à 60 jours. Fournisseurs : 30 % à 60 jours ; 70 % à 30 jours. o Stocks matières : 1,5 mois. o Stocks produits finis : 8 jours de chiffre d'affaires. Calcul BFR : 1) Créances clients : 40 % x 30 j = 60 % x 60 j = 12 j 36 j 48 j de CA TTC (les factures sont TTC) 598 x 48/365 j = 78,64 K€ 2) Achats matières : 40 % x 500 = 200 K€ 200 x 1,5/12 = 25 K€ 3) Stocks produits finis : (8 j de CA HT) soit 500 x 8/365 j = 10,96 k€ 4 Dettes fournisseurs : 30 % à 60 j = 18 j ; 70 % à 30 j = 21 j soit 39 j d'achats TTC 200 x1,196 = 239,2 239,2 x 39/365 j = 25,56 K€ BFR = (stock matières + stocks produits + créances clients) - dettes fournisseurs BFR = (25+ 10,96 +78,64) – 25,56= 89,04 K€ Ces 89,04 K€ sont des besoins constants de l'entreprise et doivent dont être financés au maximum par des ressources longues. Dans cet exemple, le BFR représente 18 % du CA HT, ce qui n'est pas très favorable mais fréquent en création d'entreprise. Il y a lieu d'être très vigilant sur cette notion de BFR car si au cours de l'année, une opportunité d'un contrat exceptionnel portait le chiffre d'affaires à 540 K€, c'est, à structure d'exploitation égale, 540 x 18 % soit 97,2 K€ qu'il faudrait financer (c'est-à-dire 8,5 K€ supplémentaires.) Conditions de réussite : En création d'entreprise, le BFR doit être intégralement financé par des capitaux permanents. DOSSIER FINANCIER (2) _ Calcul du besoin en fonds de roulement (BFR) Hypothèses à fournir* Année 1 Année 2 Année 3 o Achats consommés plus sous-traitance en % du CA HT o Délai moyen de paiement consenti par les fournisseurs et sous-traitants en nombre de mois d'achat TTC o Stock moyen matières premières en nombre de mois d'achat HT o Stock produits en cours : durée moyenne du cycle de fabrication en nombre de mois o Stock moyen produits finis en nombre de mois de vente o Encours moyen des acomptes versés par les clients o Délai moyen de règlement des clients en mois de vente Vos calculs Année 1 Année 2 Année 3 RESSOURCES o Fournisseurs TTC (encours moyen) o Acomptes clients (encours moyen - s'il y a lieu) o o 1. TOTAL RESSOURCES EMPLOIS o Stock moyen de matières premières o Stock moyen de produits en cours o Stock moyen de produits finis o Total stock HT o Travaux en cours* HT (s'il y a lieu) o Clients TTC (encours moyen) o 2. TOTAL EMPLOIS BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (2 - 1) * En cas d'activité de prestations de service, la composante stock est à remplacer par le poste "travaux en cours" représentant un volant de charges courantes qui seront en permanence engagées avant de pouvoir facturer. En vous servant de l'exemple de la page ci-contre, vous pouvez calculer à partir de ce tableau votre BFR. DOSSIER FINANCIER (3) • Le plan de financement initial (ou plan de financement de départ) Ce tableau doit retracer les besoins durables que génère la création de l'entreprise et les ressources financières durables que vous allez réunir pour les satisfaire. Les totaux des deux colonnes doivent s'équilibrer. LES BESOINS DURABLES : Les frais d'établissement : • les frais d'établissement (honoraires d'experts, conseil en brevet, etc…; frais de constitution de l'entreprise, éventuellement frais de première publicité, etc.) • les investissements (achat ou construction d'un local, pas de porte ou droit au bail, installations, machines, matériels, véhicule, etc.), • les dépôts et cautionnements (loyers versés en garantie pour le local pris en location), • le Besoin en fonds de roulement (BFR) représentant l'argent qui sera "immobilisé" en permanence dans le stock (après prise en compte du crédit consenti par les fournisseurs) et dans le crédit accordé constamment aux clients. (Pour une activité intellectuelle ou de prestations de services ne nécessitant pas de stock, il faut prendre à la place un certain montant de "travaux en cours", charges d'exploitation engagées en permanence avant de pouvoir facturer.) LES RESSOURCES FINANCIERES DURABLES • Les capitaux propres Ce sont les apports constitués par vous et vos associés s'il y a lieu. Les apports complémentaires qui seront portés en compte courant d'associé peuvent être considérés comme des fonds propres s'ils font l'objet d'un blocage (pour une durée négociée avec le prêteur à terme s'il y a emprunt). Les primes ou subventions d'investissement sont, en général, perçues très tardivement ; si c'est le cas, elles ne peuvent être incorporées dans le plan de financement de départ, sauf à obtenir un crédit-relais bancaire (pour anticiper leur encaissement). • Les emprunts à moyen ou long terme Selon la nature des besoins à financer, le financement sollicité peut faire l'objet de deux tranches (une à moyen terme jusqu'à 7 ans, l'autre jusqu'à 15 ou 20 ans pour le long terme quand il s'agit d'investissements lourds comme l'immobilier). Les biens financés en crédit-bail, ainsi que les contrats les concernant, ne sont pas normalement à porter dans le plan de financement initial, car les biens n'appartenant pas à l'entreprise ne seront pas repris dans son bilan. Toutefois il est possible de faire différemment et d'inscrire alors ces biens dans les besoins durables et les contrats de crédit-bail correspondants dans les ressources durables. Conditions de réussite Tous les besoins durables doivent être financés intégralement par des ressources financières adaptées à la durée de ces besoins. DOSSIER FINANCIER (3) Plan de financement initial BESOINS (durables) RESSOURCES (durables) • Frais d'Etablissement • Investissements HT* : Acquisition ou construction immobilière Achat d'un pas de porte ou d'un droit au bail Aménagements et installations Matériels et machines Autres • Capital (apports) • Comptes courants d'associés bloqués** (s'il y a lieu) • Prime ou Subvention d'équipement • Besoin en Fonds de Roulement • Emprunts à moyen ou long terme TOTAL DES BESOINS TOTAL DES RESSOURCES * Montant à porter TTC si l'activité n'est pas soumise à la TVA ou si l'entreprise est assujettie au régime de la "franchise en base" de TVA ou au régime fiscal de la micro-entreprise. ** Ne concerne pas une entreprise individuelle DOSSIER FINANCIER (4) _ Le plan de trésorerie Le plan de trésorerie est généralement établi pour une durée de six ou douze mois selon un découpage mensuel ou déterminé en fonction des dates de fortes échéances (fin de mois, 10 du mois). La construction du plan de trésorerie s'effectue généralement en deux temps. 1) Établissement d'un calendrier des dépenses et recettes Il s'agit de répartir à l'intérieur de l'année les opérations figurant dans le compte de résultat prévisionnel et dans le plan de financement de départ, en tenant compte pour certaines opérations, et notamment pour les ventes de biens et de services et les achats de matières et marchandises, des délais de règlement dont elles sont assorties. C'est-à-dire que vous allez inscrire le montant de la recette (ou de la dépense) au moment où vous l'encaissez (ou la décaissez) réellement et non au moment de la facturation. 2) Confrontation des dépenses et des recettes pour la construction d'un plan mensuel Il est important, à ce niveau-là, de ne pas négliger l'incidence de la TVA sur la trésorerie (en particulier, pour les entreprises au réel) et bien distinguer le calcul de la TVA due ou à récupérer et le paiement de cette TVA. Le problème posé est de savoir comment se paye ou se récupère la TVA : mois de livraison ? mois de paiement ? Quels sont les délais pour opérer cette récupération ou ce paiement selon la nature de l'achat ou de la vente ? Le "fait générateur" de la TVA est le moment où est effectuée la livraison, l'achat du bien ou la prestation de service. Lorsque la taxe applicable aux biens acquis devient exigible, le droit à déduction prend naissance chez le client. Conditions de réussite : Le plan de trésorerie doit être construit méticuleusement, il permet de mettre en évidence les éventuelles impasses de trésorerie et de prévoir impérativement avant le démarrage de l'activité les solutions à apporter à ce problème. Par exemple : négocier des crédits à court terme en même temps que le crédit d'investissement. DOSSIER FINANCIER (4) _ Plan de trésorerie Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. à déc. 1 - Solde en début de mois Encaissements TTC o d'exploitation - Ventes encaissées Règlements clients o hors exploitation - Apport en capital - Emprunts LMT contractés - Prime (subvention) 2 - Total Décaissements TTC o d'exploitation - Paiement marchandises, approvisionnement, matières premières, fournitures, eau, énergie, ... - Autres charges externes - Impôts, taxes et versements assimilés - Charges de personnel - Impôt sur les bénéfices, TVA versée, ... - Charges financières o hors exploitation - Remboursement emprunts à terme - achat d'immobilisations 3 - Total 4 - Solde 1 du mois = 2 - 3 5 - Solde fin de mois = 1 + 4 DOSSIER FINANCIER (5) _ Le plan de financement à 3 ans Complément indispensable du plan de financement de départ, le plan de financement à 3 ans décrit et confronte à la fin de chacun des exercices : o les ressources financières nouvelles dont a disposé l'entreprise : capacité d'autofinancement, nouvel emprunt, apport de capitaux propres, apport en compte courant d'associés. o les besoins ou les emplois nouveaux qui ont été financés par ces ressources : investissements nouveaux, remboursement d'emprunt, augmentation du besoin en fonds de roulement, perte de l'exercice (qui revient à un mauvais emploi de ressources), ... Ainsi, le plan de financement à trois ans permet de connaître les mouvements de capitaux et de savoir comment ont été employés les fonds mis à la disposition de l'entreprise durant chaque exercice. Il vous est donc proposé sur la page en regard d'élaborer le plan de financement à trois ans de votre entreprise, c'est-à-dire de déterminer la structure financière des 3 exercices à venir. Il s'agit bien entendu d'un plan de financement avant utilisation de financements bancaires à court terme (découvert, escompte, ...). C'est pour cette raison qu'il faut indiquer, à la suite du tableau, les conditions bancaires que vous souhaitez obtenir : autorisation de découvert, crédit de campagne, plafond d'escompte, etc. Il est nécessaire de préciser pour chaque moyen de financement : o le mode (escompte, découvert, ...), o le montant envisagé, o l'organisme bancaire. Conditions de réussite : La structure financière de la nouvelle entreprise doit pouvoir s'améliorer grâce à la rentabilité future. DOSSIER FINANCIER (5) _ Le plan de financement à 3 ans BESOINS (durables) Année 1 Année 2 Année 3 o Frais d'établissement o Investissements HT* : - Acquisition ou construction immobilière - Achat d'un pas de porte ou d'un droit au bail - Aménagements, installations - Matériel, machines, mobilier - Autres o Besoin en fonds de roulement : - Constitution - Accroissement o Remboursement d'emprunts à moyen ou long terme** o Prélèvement de l'exploitant ou dividende*** TOTAL DES BESOINS RESSOURCES (durables) o Capital o Comptes courants d'associés**** o Capacité d'autofinancement o Primes ou subventions d'équipement o Emprunts à long et moyen terme TOTAL DES RESSOURCES ÉCART ANNUEL = Besoins/ressources * montant à porter en TTC si l'activité n'est pas soumise à récupération de TVA ou si l'entreprise est assujettie au régime de la franchise en base de TVA ou au régime fiscal de la micro-entreprise ; ** partie en capital du crédit remboursé (les intérêts vont dans les charges financières du compte de résultat ; *** le prélèvement de l'exploitant concerne une entreprise individuelle et représente le total de l'argent qui sera prélevé en guise de rémunération par le créateur ; le dividende ne peut concerner qu'une société, il sert à rémunérer au titre d'un exercice les associés ou les actionnaires, il faut l'inscrire dans la colonne de l'année où il est payé ; **** ne concerne qu'une création d'entreprise sous forme de personne morale. LA TVA _ Remboursement des crédits de TVA En début d'activité, il arrive que l'entreprise ait un crédit de TVA : les premiers mois d'activité sont souvent des mois d'investissement, de lancement, avec des dépenses plus importantes qu'en régime de croisière, pour lesquelles la TVA est récupérable le mois de paiement. La TVA récupérable est donc supérieure à la TVA collectée. Deux solutions sont alors envisageables. o Le crédit peut être reporté en déduction sur le mois suivant, ou o L'entreprise peut demander le remboursement de ce crédit, sous certaines conditions : - le remboursement peut être annuel s'il est au moins égal à 150 €, il peut être trimestriel s'il est au moins égal à 760 €, - la demande de remboursement doit être présentée sur un imprimé n° 3519, à retirer auprès du centre des impôts. Attention ! La première fois qu'une entreprise fait une demande de remboursement, la procédure peut être un peu longue. De ce fait, et lorsque le montant du crédit n'est pas trop important, il peut être préférable d'adopter la première solution (déduction différée). Lorsqu'une demande a été acceptée une première fois, la procédure est plus rapide pour les demandes suivantes. _ Taux Taux Coefficient de conversion Taux normal 19,6 % 0,836 Taux réduit (produits alimentaires principalement) 5,5 % 0,947 Donc, pour obtenir le prix hors taxes en partant du prix TTC, il faut appliquer les coefficients de conversion : o 0,836 pour le taux normal (19,60 %), o 0,947 pour le taux réduit (5,50 %). Exemple Pour un produit soumis au taux normal de 19,60 % et vendu 75 € TTC, le prix HT est de : 75 x 0,836 = 62,7 €. LA TVA _ Mécanisme TVA collectée sur les ventes A chaque fois que l'entreprise facture une vente de biens ou de services, elle doit mentionner un montant HT auquel elle ajoute la TVA. La TVA collectée est due : o dès la livraison de la marchandise lorsqu'il s'agit de produits, o ou lors de l'encaissement du prix lorsqu'il s'agit d'une prestation de service. TVA récupérable (déductible) L'entreprise paie, elle-même, ses fournisseurs TTC. La TVA incluse dans ses règlements est déductible de la TVA collectée sur ses ventes au titre du même mois. TVA à payer (TVA exigible) TVA à payer = TVA collectée - TVA récupérable. Attention ! Les entreprises relevant du régime de la "franchise en base de TVA" (notamment celles relevant également sur le plan fiscal du régime de la "micro-entreprise") ne peuvent pas facturer de TVA à leurs clients et ne peuvent pas récupérer la TVA payée (tant sur leurs achats courants que sur leurs investissements.) _ Déclarations et paiements de la TVA Contribuables soumis au régime du réel normal Ils déposent mensuellement leur déclaration de TVA (formulaire CA3) et acquittent en même temps la taxe exigible. Lorsque celle-ci est inférieure à 4 000 € par an, ils peuvent opter pour des déclarations trimestrielles. DOSSIER FINANCIER (7) _ Rentabilité Quelle rentabilité dégagerez-vous ? Utilisez pour cela 3 indicateurs de rentabilité différents : o la rentabilité d'exploitation : CAF*/Valeur ajoutée, o la rentabilité commerciale : CAF/CA HT, o la rentabilité des capitaux : résultat net avant impôt/capitaux propres, et indiquez l'évolution sur 3 ans. Il serait intéressant de comparer les résultats obtenus à ceux des entreprises du même secteur. _ Le point mort Le point mort représente le volume des ventes égal à l'ensemble des frais (variables et fixes), si le volume des ventes est inférieur à ce point, votre activité génère des pertes ; si le volume des ventes est supérieur à ce point, elle réalise des bénéfices. Les frais fixes comprennent les salaires et les frais généraux (loyer, chauffage, primes d'assurance, ...) ; les frais variables sont composés du prix d'achat des matières premières utilisées, des salaires et charges sociales du personnel de production, des frais de transport sur achats et sur ventes, des commissions sur ventes. Le prix de chaque unité vendue moins les frais variables constitue la marge brute. En divisant l'ensemble des frais fixes par cette marge, vous obtenez le volume des ventes nécessaires pour couvrir tous les frais (en nombre d'unités à vendre). Le point mort se calcule de la façon suivante : q = F p - V Avec q : quantité vendue au point mort F : frais fixes p : prix de vente de l'unité V : frais variables de l'unité Le CA correspondant (CA "critique") se calcule par la multiplication de la quantité vendue au point mort avec le prix de vente à l'unité. CA critique = q x p Attention ! Si votre CA critique est supérieur au CA prévu, votre rentabilité n'est pas assurée. DOSSIER FINANCIER (7) _ Rentabilité 1e année 2e année 3e année Rentabilité d'exploitation Rentabilité commerciale Rentabilité des capitaux _ Calcul du point mort 1e année 2e année 3e année Point mort CA critique/ CA prévu   DOSSIER FINANCIER (8) Construction finale des comptes prévisionnels A l'issue de cette étape, vous avez réalisé la première approche de votre étude financière. Les chiffres sont posés, et peut-être avez-vous été conduit à préciser, voire à reconsidérer certains éléments de votre projet. Il reste à revoir toute l'étude financière en intégrant les nouvelles données que vous avez calculées. o L'arrêté définitif du compte de résultat tiendra compte notamment des frais financiers sur les crédits tant à moyen et long terme qu' à court terme. La prise en compte de ces charges financières va modifier votre résultat d'exploitation. o Le parachèvement du plan de financement à trois ans : l'intégration de frais financiers supplémentaires va diminuer le bénéfice d'exploitation, voire le supprimer et réduire de fait votre capacité d'autofinancement. Vous devez donc corriger en conséquence le plan de financement à trois ans.   DOSSIER FINANCIER (8) _ Vos remarques personnelles sur le dossier financier CONCLUSION L'Agence pour la création d'entreprises (APCE) vous conseille de bien suivre le schéma de ce guide et de ne pas oublier de points, surtout en ce qui concerne l'étude de marché et le dossier financier. La création de votre entreprise ne concerne pas que vous, mais également votre famille, votre entourage et vos amis. Leur soutien moral et financier est probablement indispensable pour aboutir avec succès à la création de votre entreprise. Votre Chambre de commerce et d'industrie ou votre Chambre de métiers et de l’artisanat, les Boutiques de gestion, votre Confédération professionnelle sont à votre disposition pour vous aider à élaborer ce dossier.

Où j'en suis dans mon devoir

1. État du marché d’Internet en 2011 1.1 Les chiffres du marché de l’internet en 2011 Selon l’étude publiée par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes sur internet en France ont progressé de 30% au premier semestre 2011. Cette étude, menée sur près de 43 000 sites montre que la progression des ventes en ligne s’est poursuivie au deuxième trimestre sur la même tendance qu’au 1er trimestre 2011 (+31%). Sur les six premiers mois de l’année précédente, le montant total des ventes en ligne est estimé à 10 milliards d’euros (vs 7,7 milliards d’euros pour le 1er semestre 2007). Dans le même temps, le nombre de transactions enregistré par les plates-formes de paiement a lui aussi progressé de 28% sur un an. Le montant moyen de la transaction s’établit à 94 € au 1er semestre, en hausse de 3% sur un an. La Fevad note cependant une légère baisse du panier moyen au cours du deuxième trimestre par rapport au premier trimestre. Ces bonnes performances du e-commerce s’expliquent par l’arrivée de plus de 2 millions d’acheteurs supplémentaires sur un an et par la progression du nombre d’internautes confiants dans l’achat en ligne. Le nombre de cyberacheteurs augmente désormais sensiblement au même rythme que celui des internautes selon les résultats publiés dans le cadre du baromètre (Fevad/Médiamétrie/NetRatings). Mais cette progression est aussi due à une augmentation de 48% sur un an du nombre de sites marchands actifs. Selon les données recueillies par la Fevad auprès des principales plates-formes de paiement, le nombre de sites marchands actifs, à fin juin, s’élève à plus de 43 000, contre 29 000 il y a un an. La croissance profite à l’ensemble des acteurs, y compris les sites leaders du panel qui voient leurs ventes augmenter de 20% sur un an. Ce sont les sites de ventes aux professionnels du panel qui continuent à enregistrer la plus forte croissance : + 31%. Le marché de l'Internet en France Le marché de l'Internet (fournisseurs d'accès, hébergeurs et intégrateurs) pourrait croître de 25% jusqu'en 2012, pour atteindre 6,5 milliards d'euros. Telles sont les conclusions de Cesmo dans son étude "Acteurs et enjeux de la chaine de services". Le cabinet d'études estime le marché Internet en France représentait au total quelque 2,5 milliards d'euros, qui se répartissent entre trois catégories d'acteurs principaux : les fournisseurs d'accès (68% de parts de marché), les intégrateurs (20%) et les hébergeurs (12%).  Fournisseurs d'accès Internet Le marché de l'accès Internet en France se subdivise lui-même en trois sous-ensembles. Les opérateurs restent très largement majoritaires avec 77% de parts de marché, devant les fournisseurs d'accès purs (ISP) à 21% et les cablô-opérateurs de BLR (boucle locale radio) à 3%. En termes stratégiques, tandis que le marché du grand public est en attente de services à valeur ajoutée conditionnée par la généralisation du haut débit, celui des entreprises réclame une amélioration de la qualité de service et du support de la part des opérateurs. Alors que ceux-ci se sont concentrés sur l'acquisition puis la fidélisation de leurs clients, il va leur falloir désormais se focaliser sur la rentabilisation de leurs offres que ce soit par la création de nouveaux services ou grâce au potentiel de croissance des technologies fibre optique.  Hébergement Le marché de l'hébergement est estimé à 0,3 milliard d'euros, créneau sur lequel les opérateurs dominent encore largement. Tandis que les pure players représenteraient environ 4% du marché, les intégrateurs constitueraient environ 37% du total, et les opérateurs près de 59%. En tête de ces derniers, France Télécom et Atos-Origin à égalité (22%), Colt-Imaginet (13%), Cable&Wireless (12%), LDCom et Matra-Prosodie(11%), IBM Global services (9%). Selon Cesmo, la tendance est à la diversification du panel de services, des offres de référencement de site ou de dépôt de nom de domaine venant compléter les traditionnelles offres d'hébergement (co-location, mutualisation ou dédié). Cet enrichissement pourrait en outre continuer à se développer avec la conclusion de nouveaux partenariats entre hébergeurs et intégrateurs, et le décollage des offres d'applications hébergées (ASP).  Intégration et développement Sur un marché total de 0,5 milliard d'euros, les intégrateurs généralistes comme Atos-Origin, Cap Gemini Ernst&Young, ou IGS possèdent 65% de parts de marché. Les cabinets de conseil généralistes et les intégrateurs spécialisés respectivement 20% et 15%. Alors que les premiers commencent à renforcer leur expertise sur le marché des services Internet, les Web agencies quant à elles se"SSIIsent": elles veulent répondre aux nouveaux besoins des entreprises qui webisent leurs applications fonctionnelles et développent des projets de longue haleine (CRM, EDI, SCM, ERP, etc.). Ce marché de l'intégration est aujourd'hui celui qui représente le plus d'opportunités de niches pour des acteurs de petite taille, qu'il s'agisse de la sécurité, des architectures J2EE ou des Web Services dans les 18 mois qui viennent. À terme cependant, les grandes SSII disposent d'une capacité de mobilisation de ressources qui fera la différence avec les structures moins importantes. 1.2 Vers un marché de l'Internet mobile Le marché de l’Internet se voit émerger pour cette année 2011, par e business de l’internet mobile. La France comptait plus de 16,7 millions de mobinautes au 30 juin 2008, soit près d'un tiers du parc total de clients à la téléphonie mobile. Plus de la moitié d'entre eux se connectent à Internet au moins une fois par semaine. Depuis novembre 2007, Orange a vendu près de 150 000 iPhone de première génération et plus de 450 000 iPhone 3G. Par ailleurs, le Conseil de la concurrence a autorisé SFR et Bouygues à distribuer l'iPhone. Une décision de nature a accéléré l'Internet mobile en France. La publicité sur mobile pourrait peser 100 millions d'euros en 2011 selon Benchmark Group. En dehors des marchés bien développés en Asie au Japon particulièrement, le marché de l’Internet mobile deviendra significatif à partir de cette année. Selon les études, En 2012, 30 % du parc mobile en Europe devrait être connecté contre 7 à 15 % en ce moment. Ces prédictions découlent du dernier baromètre des services internet mobile en Europe et dans le monde du Centre d’études sur le secteur des Télécoms, Idate. Cette étude mentionne que des modèles économiques différents de la publicité devraient émerger. Elle annonce des contenus premium, payant à la demande ou encore le m-commerce. Néanmoins, l’institut précise que la plupart des revenus générés le seront de manière indirecte : une présence sur le web mobile peut encourager la visite d’un site web sur PC, où la génération de revenus est plus facile, ou encore permettre de réaliser des coûts de gestion comme c’est le cas sur le site d’une banque en ligne. Parts de marché des navigateurs Internet en 2011 À l’heure où les navigateurs se battent pour conquérir le cœur des internautes (voir Internet Explorer 8 ou encore Safari 4), Internet nous propose de faire une nouvelle fois le point sur les parts de marché occupées par ces logiciels qui font le lien entre nos machines et la grande toile. Voici un graphique qui représente les parts moyennes en Europe des navigateurs, ces informations ont été relevées sur le mois de janvier 2011 uniquement : On retrouve donc en première place Internet Explorer suivi de Firefox, ces deux navigateurs représentent à eux deux 90,6 % du marché. Loin derrière se classent Opera, Safari, Google Chrome, Nescape et d’autres ...




0 commentaire pour ce devoir



Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte