Mémoire - Affacturage inversé (Reverse factoring)

Publié le 8 avr. 2016 il y a 1A par whatvincesaw - Fin › 8 mai 2016 dans 1A
1

Sujet du devoir

Bonjour à tous,

Dans le cadre de mon Master 2 Finance, je dois réaliser un mémoire de fin d'études afin de valider mon diplôme.
Ayant déjà eu des expériences dans le factoring (stage en audit), je souhaiterais attribuer mon mémoire à ce sujet.

Où j'en suis dans mon devoir

J'ai déjà réalisé ma problématique, mon plan et les articles que j'ai pu trouver pour apporter plus de contenu à mon mémoire et je souhaitais donc avoir un retour de votre part quant à mon plan + les articles attribués pour chacune des sous-parties : savoir si ce plan est intéressant et surtout si je n'oublie rien.

Par ailleurs, pour ma dernière partie, j'ai un cas d'étude. Une étude XERFI que j'ai réussi à trouver sur internet. Normalement elle est payante mais je l'ai eu gratuitement. Je ne sais pas si je peux la publier ici..? mais je ne sais pas vraiment comment m'y prendre pour présenter cette étude de cas... 

Ci-joint les informations nécessaires. :)

Un grand merci d'avance. J'espère avoir un retour de votre part et que cela me sera très utile pour l'avancée de mon mémoire :) 

Bonne soirée!!! :)




1 commentaire pour ce devoir


Il faut être inscrit pour accéder aux réponsesInscription gratuiteOUJ'ai déjà un compte
whatvincesaw
whatvincesaw
Posté le 9 avr. 2016

Problématique : Pourquoi l'affacturage inversé peut-il aider les PME et TPE à faire face à leurs difficultés financières ?

Article 1 :

http://www.companeo.com/affacturage/guide/affacturage-inverse-fonctionnement- avantages#0

Affacturage inversé : fonctionnement et avantages.

Cet article développe 2 points clés du reverse factoring : son fonctionnement et ses avantages.

D'une part, l'article rappelle le fonctionnement d'un contrat d'affacturage inversé. Cela consiste pour une entreprise de confier le paiement de ses factures fournisseurs à une société d'affacturage qu'on appelle "factor". Ce contrat demande à ce que les fournisseurs soient payés le plus rapidement possible par un établissement qu'ils ont démarché eux- mêmes.

D'autre part, l'article fait référence aux avantages que présente ce contrat : la rapidité de paiement chez les fournisseurs, une bonne image de l'entreprise, la trésorerie de l'entreprise préservée, l'amélioration des relations commerciales, l'externalisation d'une partie de la gestion du poste client et la solution dématérialisée sont autant de points positifs que présente l'affacturage inversé.

Il est donc intéressant de se poser la question de savoir si ce contrat est une solution pour les PME et c'est d'ailleurs l'objet que fait la 3e partie de l'article.

Malgré la loi de modernisation de l'économie (LME), bons nombres de petites structures souffrent encore des factures impayées.
D'autant plus que, le niveau élevé de garanties imposé par les sociétés d’affacturage ne confortent pas ces structures à l'idée de passer par un tel contrat.

Article 2 :

http://m.business.lesechos.fr/entrepreneurs/gestion-finance/l-affacturage-de-nouvelles- pistes-pour-financer-les-tpe-pme-109750.php

L'affacturage, de nouvelles pistes pour financer les TPE-PME.

Cet article se base principalement sur les PME et TPE en expliquant que ces structures sont confrontées à 2 problèmes : le financement de leur trésorerie et les délais de paiement. Concernant le financement de la trésorerie, il est écrit qu'en passant par une société d'affacturage ca n'est plus l'entreprise mais l'institution financière qui s'engagerait à payer les factures ce qui permettrait donc une meilleure gestion de trésorerie de la part de l'entreprise.

En ce qui concerne les délais de paiement, il est clairement spécifié que "il n'est plus acceptable que des grands groupes qui dominent le marché, imposent de lourdes contraintes financières aux jeunes entreprises sous-traitantes."
Le but serait donc de réduire les délais de paiement pour une meilleure gestion de la trésorerie.
Ainsi, la trésorerie de l'entreprise se verrait préservée et pourrait donc bénéficier de meilleures conditions de règlement.

Article 3 :

http://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/affacturage-inverse-hors-de-sentiers-battus- 28865/

Affacturage inversé - hors de sentiers battus.

Cet article met en avant le reverse factoring pour les PME et TPE. En effet, l'affacturage inversé est un bon outil pour ces structures puisqu'il permet d'améliorer l'image de l'entreprise.
Tout d'abord, rappelons que depuis la loi LME (impose le paiement des factures à 60 jours maximum), les entreprises n'ont pas d'autres choix que de régler leurs fournisseurs sous peine de diverses sanctions. Grâce au contrat de reverse factoring, cela permet de ne pas décaisser d'argent puisque c'est le factor qui règle directement les fournisseurs dans les délais prévus.

Par ailleurs, et comme expliqué dans l'article centré sur les fournisseurs ; ce contrat permet au fournisseur de bénéficier de l'assurance d'être réglé quelques jours après la validation de sa facture par son client.
Pour finir, concernant le taux d'escompte, celui-ci est beaucoup plus faible que dans un autre contrat d'affacturage. En effet, le fournisseur bénéficie de la qualité de la signature de l'entreprise étant donné qu'elle dispose d'une meilleure santé financière.

Article 4 :

http://www.chefdentreprise.com/Chef-d-entreprise-Magazine/Article/L-affacturage-inverse- une-solution-anti-crise--43982-1.htm

L'affacturage inversé, une solution anti-crise?

Cet article explique le schéma réel du paiement fournisseur à travers l'affacturage inversé. D'après cet article, le reverse factoring (en anglais) permet aux fournisseurs d'être payé sous 48h après l'émission des factures de l'entreprise.
En effet, c'est l'entreprise qui sollicite le factor pour mettre à disposition de ses fournisseurs qui le souhaitent un système pour être payé par anticipation.

De ce fait, les fournisseurs n'ont qu'à signer une convention de cessions de créances qui va autoriser le factor à financer les factures validées comme bonnes à payer. Ainsi, les fournisseurs sont directement payés, et l'entreprise pourra elle payer le factor à la date d'échéance indiquée sur les factures.

Par ailleurs, l'article fait référence au BFR de chacune des parties.
En effet, le reverse factoring améliore dans tous les cas le BFR des fournisseurs en leur permettant d'escompter sans recours des factures.
Par ailleurs, ce contrat améliore en parallèle le BFR de l'entreprise qui met en place ce contrat puisqu'elle bénéficie du temps de la date d’échéance pour régler les factures au factor.
Article 5 :

http://www.scholarvox.com/catalog/book/docid/88823584/searchstring/Affacturage%20inv ersé

La gestion du risque clients dans les PME.

Cet ouvrage recense des solutions simples et efficaces à mettre en place afin d'éviter toutes les conséquences des impayés ou des retards de paiement qui coûtent souvent chers à l'entreprise souvent aux plus petites entreprises voire TPE.
Ainsi, l'auteur nous propose des exemples concrets tirés de situations réelles de PME et TPE en passant aussi par des méthodes d'anticipation pour les TPE (permettant d'éviter les coûts de traitement des litiges et les coûts de recouvrement.

Ainsi, le but de ce livre est la mise en place d'une stratégie de recouvrement durable et rentable afin que la santé du poste clients soit bonne pour une facilité de proposition d'un contrat en reverse factoring.

Article 6 :

http://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/affacturage-gestion-externalisee-du-poste- clients-13491/

Gestion externalisée du poste clients.

Cet article se base sur l'externalisation d'une partie de la gestion du poste client.
En effet, c'est la société d’affacturage qui prend en charge le recouvrement et les relances auprès des clients, ce qui permet à l’entreprise de rester centrée sur son activité principale. Par ailleurs, cet article démontre les limites du contrat d'affacturage d'autant plus pour les PME et TPE en raison du traitement des litiges. En effet, en vue de l'augmentation des litiges, il est toujours important de garder un œil sur le pilotage de ses factures et de garder un contact direct avec les clients afin de s'occuper du recouvrement dans le sens où c'est me fournisseurs qui choisira les clients à céder. D'où l'intérêt d'une bonne gestion des paiements de la part des clients.

Article 7 :

http://www.agefi.fr/articles/le-gouvernement-veut-developper-l-affacturage-inverse-au- service-des-pme-1360340.html

Le gouvernement veut développer l'affacturage inversé au service des PME.

Cet article fait référence au gouvernement qui souhaite aider les PME à améliorer la situation de leur trésorerie.
Selon ce document, les entreprises ont tout intérêt à se tourner vers l'affacturage inversé en cas de besoin de trésorerie puisque cela ne pourra qu'améliorer les relations commerciales entre l'entreprise et ses fournisseurs puisqu'ils évoluent sur de bonnes bases, se stabilisent et assurent la pérennité de la relation.
Par ailleurs, la seconde partie de l'article concerne une aide à l'innovation (Bpifrance) pour
aider les PME et TPE à remédier à leurs difficultés. Ainsi, cela permettrait aux petites structures d'être plus favorables à l'affacturage inversé et donc de gérer leur trésorerie plus facilement.

Article 8 :

http://siteresources.worldbank.org/INTEXPCOMNET/Resources/Klapper,_The_Role_of_Fact oring_for_Financing_Small_and_Medium_Enterprises.pdf

Le rôle de l’affacturage pour le financement de petites et moyennes entreprises.

Cet article se décompose sous 6 parties et se base premièrement sur l’affacturage en général. Il nous rappelle ce qu’est l’affacturage classique du « reverse factoring » et nous précise ensuite les mécanismes ; c’est-à-dire la relation tripartite entre le factor, l’acheteur et le fournisseur. Dans une troisième partie, il nous présente les bénéfices et challenges de l’affacturage dans les pays émergents puis nous présente les avantages d’utiliser le « reverse factoring ». Dans une cinquième partie, l’article se recentre plus sur l’affacturage en général et informe des chiffres à ce sujet à l’international. Ces chiffres rapportent globalement que l’affacturage est une source importante de financement dans les pays avec une meilleure disponibilité de l’information de crédit et des règles contractuelles plus faibles. Dans une sixième partie, l’article se base sur le « NAFIN factoring » ; NAFIN a été créé au Mexique et est une banque de développement qui se base sur les progrès technologiques pour réduire les coûts. De ce fait, NAFIN assure plus facilement des services d’affacturage inversé aux plus petites structures.

Article 9 :

http://www.actu-cci.com/finance-banque/12775-l-interet-de-l-affacturage-selon-natixis- factor

L’intérêt de l’affacturage selon Natixis Factor.

Ce lien concerne une interview réalisée avec David Ayault, directeur de clientèle grands comptes et international chez Natixis Factor, filiale du groupe BPCE.
Tout d’abord, David Ayault raconte que l’image de l’affacturage au cours des 10 dernières années a bien évolué. L’image du factoring était auparavant très négative qualifiée même « d’antichambre du dépôt de bilan ». Cependant, les grands comptes ont commencé peu à peu à s’intéresser à ce moyen de financement et ont rapidement dopé le marché. En effet, les besoins étaient de plus en plus importants et l’affacturage s’est diversifié (affacturage confidentiel, repositionnement selon les besoins des grandes entreprises)

Cet entretien présente aussi les avantages que les entreprises trouvent à avoir recours à l’affacturage ; développement de l’entreprise, paiement des fournisseurs, augmentation de la trésorerie. D’ailleurs, Mr Ayault prouve l’efficacité et l’utilité de l’affacturage en présentant quelques chiffres ; en un, Natixis Factor a pu acheter 7 millions de factures pour
un chiffre d’affaires total affacturé de 25 milliards d’euros (3e factor bancaire).
L’interview se termine avec l’état du marché de l’affacturage en France. Ce marché a connu une hausse entre 2013 et 2014 de 14%. L’affacturage est d’ailleurs devenu le 2e moyen de financement des entreprises derrière le découvert et loin devant la Dailly et l’escompte et a comme ambition de continuer à se développer en France et à l’étranger.

Article 10 :

http://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/affacturage-pour-entreprises-en-croissance- 22890/

Affacturage pour entreprises en croissance

Cet article montre le développement de l’affacturage notamment sur les très jeunes entreprises en phase de démarrage. En effet, le document présente notamment des chiffres en augmentation par rapport à l’année dernière (marché du factoring : +14% entre 2013 et 2014, 186 milliards d’euros traités par les factors).
L’article stipule que cette tendance s’explique par le fait que l’image de l’affacturage a progressivement évolué et s’est même diversifié proposant notamment des contrats exclusivement destinés aux PME. De plus, l’affacturage s’est aussi développé étant donné qu’il est seulement lié qu’au poste d’exploitation de l’entreprise. Ainsi, malgré la crise, ou encore le cataclysme financier de 2008 et les règles de Bâle III, les règles financières sont beaucoup plus strictes permettant à l’affacturage de se glisser à travers ces règles et donc de se démarquer.
Par ailleurs, la suite de l’article précise qu’il est important pour une entreprise de solliciter plusieurs banques pour ainsi identifier les différents tarifs des contrats mais aussi limiter la dépendance de l’entreprise à une seule institution bancaire.

Pour finir, le document consacre une partie de son texte au Reverse factoring. Dans celle-ci, il est tout d’abord expliqué ce qu’est le reverse factoring et comment cela fonctionne t-il. Le dernier paragraphe détaille le fait que l’affacturage inversé s’est développé notamment grâce à la loi LME qui stipule que les délais de paiement doivent être inférieurs à 60 jours ; une aubaine pour ce marché qui a su s’adapter et proposer/diversifier des offres en la matière.
Plan proposé selon la problématique posée et les articles trouvés :
Problématique : Pourquoi l'affacturage inversé peut-il aider les PME et TPE à faire face à

leurs difficultés financières ?

I – Rappel de cours

• Modalités de financement
§ Dettes à Long terme (Dette senior : emprunts bancaires, obligations, dette

mezzanine) Dettes à court terme (découvert, crédits courts terme, mobilisations de créances, l’escompte, crédit de campagne, crédit de trésorerie...)

§ L’affacturage classique et le reverse factoring (Article 1)
• Différenciation de l’affacturage et du reverse des autres modalités de financement

(Article 1 + 6 + 8 + 9 + 10)

II – Revue de la littérature

Le reverse factoring : une meilleure gestion de la trésorerie
§ Rapidité de paiement chez les fournisseurs (Article 2)
§ La trésorerie est mieux gérée et est préservée (Article 4) § Tarifs et Offres exclusives aux PME et TPE (Article 3 + 10)
Le reverse factoring : une meilleure réputation de l’entreprise
§ Amélioration des relations commerciales et pas de factures frauduleuses

(Article 7)
§ Bonne image de l’entreprise + parler de la loi LME (Article 3 + 10)
Le reverse factoring : une solution externalisée, sécurisée et de plus en plus utilisée

§  Externalisation d’une partie de la gestion du poste clients, respect des délais

de paiement et solution dématérialisée (plateforme sécurisée) (Article 5 :

externalisation, recouvrement. Article 1 : solution dématérialisée)
§  NAFIN factoring : assure des services de reverse factoring aux plus petites structures (Article 8)

III – Test empirique
• Études XERFI
§ Étude d’un cas, parler de la situation des sociétés

(Étude XERFI : « L’affacturage et l’assurance crédit » - Reprendre l’initiative pour tirer parti des gisements de croissance).


Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte