dissertation sur le bonheur

Publié le 16 déc. 2012 il y a 7A par Anonyme - Fin › 20 déc. 2012 dans 7A
8.00 / 20
5

Sujet du devoir

bonjour à tous, j'ai une dissertation sur le bonheur et je voulais savoir si mes idées sont justes, merci d'avance de votre aide, voici le sujet: le bonheur est-il une affaire de volonté?

Où j'en suis dans mon devoir

Le bonheur est-il une affaire de volonté?

On peut voir que le bonheur est différent du plaisir, on ne peut pas dire que le bonheur, c’est le plaisir, au contraire le plaisir est une satisfaction éphémère, temporaire, provisoire. On ne peut être constamment dans le plaisir. Alors que le bonheur, c’est un état de satisfaction durable. On peut être dans un moment de plaisir et ne pas être heureux car on est dans un sentiment d’insatisfaction. On peut se juger heureux et pourtant on peut avoir des moments de déplaisir. Mais la volonté, c’est la recherche de ce que notre raison nous a présenté comme bon pour nous. La volonté est le fait de poursuivre un projet et de tout mettre en œuvre pour le réaliser. Si être heureux est une satisfaction durable, alors on peut devenir amoureux, mais pourtant on peut voir qu’une personne peut désiré l ‘amour et sans pour autant y parvenir et pourtant il est quand même heureux. Pourtant on voit bien dans la vie courante plusieurs forment de bonheur. Dès lors on se demande si le bonheur est une affaire de volonté. Pour traiter ce problème, nous allons parler dans un premier temps en quoi le bonheur est une affaire de volonté. Puis nous montrerons que la volonté n’est pas souvent lié au bonheur. Et enfin nous terminerons sur le fait que le bonheur n’est pas qu’une affaire de volonté.


Dans un premier temps, il semble qu’il est possible que le bonheur soit une affaire de volonté.
Il suffit de définir le mot bonheur et pour être heureux il faut avoir la volonté de réalisé la satisfaction pour qu’on puisse être heureux. Or d’après Kant on ne peut pas déterminer avec certitude le chemin qui le conduit au bonheur, ce que montre Kant, c’est que si on fait dépendre notre bonheur de bien extérieur qui dépend pas de nous alors nous pouvons jamais être certain cela nous rendra heureux, mais ça ne veut pas dire qu on est toujours malheureux. Par exemple on peut voir que l’amour est un désir que tout le monde veut avoir mais pour y parvenir il faut avoir la volonté de le chercher. Pour stoïciens le bonheur est l’idéal de la sagesse, alors que pour les épicuriens le bonheur est la tranquillité de l’âme. On peut voir d’après le texte de Alain, Propos sur le bonheur, on préférera toujours le plaisir conquit même s’il s’accompagne de peine mais on a eu la volonté de le faire. Si on veut chercher l’amour on sera parfois confronté à des obstacles mais quand on obtient ce que l’on cherche on est heureux car on a eu la volonté de continué mais c’est en continuant et en traversant ces obstacles qu on est le plus heureux quand on obtient ce qu’on a cherché, ici c’est l’amour. On peut voir que d’après Pascal, un philosophe français de 17e siècle, Pensées, il dit que « tous les hommes recherchent le bonheur même celui qui va se perdre », on voit que l’homme va persévérer pour obtenir ce qu’il veut obtenir même une chose qui pourra perdre. Il y a aussi Aristote, « le bonheur est le souverain du bien », la philosophie d’Aristote est l’eudémonisme, c’est le but du bonheur. Pour Aristote, tout ce qu’on fait, on le fait directement ou indirectement pour être heureux. Tout est lié à la recherche du bonheur. D‘après les stoïciens le malheur de l‘homme est d‘essayer d‘échapper à son destin, donc on ne doit pas échapper à son destin au contraire on doit continué à aller de l‘avant pour être heureux.
On vient de montrer que le bonheur est une affaire de volonté. Pourtant, il y a des cas où pour être heureux on doit avoir la volonté de l’obtenir car on a plusieurs et parfois le meilleur choix pour obtenir le bonheur est de persévérer même si on doit souffrir pour l’obtenir. Mais Est-ce que le bonheur est toujours une affaire de volonté?


Nous avons vu dans la première partie, que le bonheur est une affaire de volonté, mais maintenant il faut se demande si la volonté n’est pas une affaire de volonté.
Est il possible que pour être heureux il faut avoir une volonté? Non, puisque l’homme peut être heureux sans avoir de volonté ou que l’homme soit au contraire malheureux parce qu’il a la volonté de chercher un bonheur irréel. On peut voir que si on continue a chercher un bonheur où on ne peut pas l’atteindre, on sera malheureux car on a fait tous ces efforts pour voir que notre bonheur est irréel. Par exemple on peut chercher l’amour mais si on ne le trouve pas avec une personne et qu on continue par notre volonté on peut devenir malheureux à la fin car on ne peut obtenir l’amour qu on recherche avec cette personne. Mais d’après Kant, on ne peut pas connaître le chemin du bonheur, on ne sais pas si pour être heureux on doit suivre nos désirs ou si on suit notre volonté, on peut perdre notre bonheur et devenir malheureux. On peut voir que la volonté peut emmener au malheur de l’homme, vouloir une chose qui est impossible à atteindre mène au malheur. On peut voir aussi que le désir peut devenir une volonté, on peut désirer un objet, cette objet peut devenir un projet et ce projet peut être notre bonheur qu on veut obtenir mais ce bonheur peut être irréel ce qui nous emmène au malheur. Or d’après Albert Camus, « Tout le malheur des hommes vient de l'espérance », on remarque que le désir et la volonté peut amener au malheur. Par exemple on peut voir que l’amour est un désir et que cette amour peut devenir une espérance, une forme de volonté ou de désir, et cette espérance peut mener au malheur car c’est une illusion, un bonheur inaccessible. Le bonheur peut être une illusion que l’on veut obtenir mais en le cherchant on remarque qu’on ne pourra pas l’obtenir donc ce qui nous mène au malheur. Pour les épicuriens, un bonheur est un désir stable, on peut souffrir en désirant de mauvaise chose, un désir qui n’est pas mêlé à l’inquiétude.
On vient de montrer que, même si le bonheur n’est compatible avec la volonté, il est nécessaire qu’on est une volonté pour qu’on puisse être heureux. Ce qui nous emmène à un trois points qui le bonheur n’est il pas qu’une affaire de volonté?


Nous allons voir dans cette dernière partie que si le bonheur n’est pas une affaire de volonté, il est quand même nécessaire pour qu on soit heureux il y est une certaine volonté mais il n’y a pas que la volonté qui peut nous rendre heureux.
On peut voir que pour être heureux il y a plusieurs, le désir, la volonté, le plaisir ainsi que la sagesse. D’après Rousseau, désirer rend heureux et désirer rend plus heureux que d’obtenir ce que l’on désir. Le désir apporte plus de bonheur que la satisfaction, donc l’homme est plus heureux dans le rêve et l’illusion que dans la réalité. On désir un objet, on a une image positif de cette objet et quand on reçoit l’objet on est plutôt déçu de cette objet car on pensée qu ’il était mieux dans notre rêve que dans la réalité. On peut voir que le bonheur est aussi une affaire de volonté avec le fait de persévérer dans notre objectif pour pouvoir obtenir ce désir, d ‘après Alain on est plus heureux avec un désir conquit même s’il s’accompagne de peine, on peut désirer quelque chose par exemple monté une montagne ou on utilise un train électrique pour monté, on sera plus heureux quand on monte une montagne seul car on a eu la volonté de la montée sans aide que si on avait utilisé un train, donc on a pas le même bonheur avec désir reçut et un désir conquit. Les stoïciens montrent une relation entre sagesse et bonheur, on peut être heureux en guidant sa vie sur sa raison et suivre la nature, un idéal de sagesse. D’après Rousseau, Émile, il montre que une relation entre désir et sagesse amène au bonheur. On peut vouloir l’amour est l’obtenir grâce à notre volonté de persévéré, mais on voit aussi qu’on peut désiré l’amour et seulement en le désirant, on peut être heureux car on a une bonne image de l’amour. Mais on peut être heureux grâce à la sagesse, on peut intégrer sa connaissance pour transformer ça vie, mais être savant n’amène pas au bonheur, on peut être celui qui pense savoir beaucoup de chose mais ne peut être le meilleur, il est plus difficile d’être un sage que d’être un savant.
On voit donc que l’expression « le bonheur est une affaire de volonté » a finalement une cohérence, mais à condition qu’on ne dit pas qu’il n’y a que la volonté. Il n’y a pas que la volonté qui permet d’être heureux. Et cette volonté n’est pas garantie, elle peut amener au malheur.


Nous nous sommes demandé s’il était possible que le bonheur soit une affaire de volonté.
Nous avons vu en effet dans une première partie que le bonheur est une affaire de volonté, en voulant obtenir un objet on est prêt à souffrir pour l’obtenir et quand on l’obtient, on est plus heureux que si on nous fait le travail à notre place. Cependant, nous avons remarqué ensuite qu’il était possible que la volonté nous amène au malheur, si on veut obtenir un bonheur qui est irréel, on arrivera forcément à la tristesse, mais cependant on ne peut pas voir quelle chemin on doit prendre pour parvenir au bonheur. Mais, pour finir, nous avons précisé que la volonté n’était pas le seul moyen pour être heureux, on peut être heureux grâce au désir, désirer un objet car l’illusion mène toujours au bonheur, le plaisir, s’amuser avec une personne équivaut à être heureux et la sagesse, en utilisant ses connaissances pour changer pour arriver plus facilement au bonheur.
Mais le bonheur est une illusion, on ne peut pas l’obtenir comme ça, on ne peut pas le voir, ni le toucher, c’est quelque chose de irréel. Ce qui montre que le bonheur est une chose qui n’est pas facile à percevoir.



0 commentaire pour ce devoir



Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte