Faut-il se méfier du langage ?

Publié le 17 févr. 2020 il y a 1M par sofian.mahbaz - Fin › 26 févr. 2020 dans 1M
2

Sujet du devoir

Bonjour, 

 

J'aurais besoin d'aide pour terminer mon introduction de dissertation sur : "Faut-il se méfier du langage ?". J'ai déjà rédigé ça : 

« Les choses que le langage décrit ont été découpées dans le réel par la perception humaine en vue du travail humain. Les propriétés qu'il signale sont les appels de la chose à une activité humaine. » C’est en ces termes que s’exprime Bergson pour qui le langage permet avant tout de poser des « étiquettes » imprécises sur les choses et les concepts utiles à l’humain. Ainsi nous nous demandons : « Faut-il se méfier du langage ? ». L'interrogation " faut-il " renvoie à l'idée d'une exigence incontournable. Le sujet ne suggère pas seulement qu'il est possible de se méfier, mais que nous devrions le faire. Mais pourquoi une telle exigence ? Est-elle d'ordre éthique (devoir moral dans le contexte de l'action et des relations à autrui) ou d'ordre épistémologique (nécessité dans le contexte de la connaissance et de la recherche de la vérité) ou encore d'ordre ontologique (dans le contexte d'une réflexion sur l'être et sur la réalité) ? La méfiance s'oppose à confiance. Se méfier, c'est ne pas se fier, être sur ses gardes, ne pas faire confiance. La méfiance est liée au doute, à l'interrogation. Se méfier, c'est douter. Il convient de définir le langage comme capacité, faculté à constituer un système de signes, il ne faut ici pas le confondre ni avec la langue qui est un ensemble institué de signes communs à une population ni avec la parole qui est avant tout un acte individuel d’usage de la langue. Nous pourrions alors nous demander si nous devons moralement douter de la capacité à construire un système de signe, mais cette question est une impasse.

Voilà j'espère que vous pourrez m'aider !

Où j'en suis dans mon devoir

J'ai du mal à definir une problématique et un plan de dissertation.




3 commentaires pour ce devoir


sergex68
sergex68
Posté le 19 févr. 2020

Je pense qu'une référence à 1984 et à la Novlangue sera du meilleur effet. L'objectif de la Novlangue est de modifier la langue de telle facon qu'il ne soit plus possible d'avoir certaines pensées car les mots et les tournures de phrases manquent. Pour éviter que les gens n'est même la possibilité de penser à se rebeller contre la dictature. 

Le livre met en lumière le paradoxe suivant. La langue nous permet de "penser consciemment", en effet sans langue il n'y à que des émotions, des sentiments, des comportement instinctifs, des raisonnement intuitifs. Mais la langue nous empêche de penser certaines choses par manque de mots pour les dire. Elle oriente aussi la pensée.

michelindt
michelindt
Posté le 19 févr. 2020

Bergson écrit : « Le mot aux contours bien arrêté, le mot brutal, qui emmagasine ce qu’il y a de stable, de commun, et par conséquent d’impersonnel dans les impressions de l’humanité, écrase ou tout au moins recouvre les impressions délicates et fugitives de notre conscience individuelle ».

 

.

2
michelindt
michelindt
Posté le 20 févr. 2020

 Faculté que les hommes possèdent d'exprimer leur pensée et de communiquer entre eux au moyen d'un système de signes conventionnels vocaux et/ou graphiques constituant une langue;

Définition dictionnaire

 

 

En tant qu'objet d'étude linguistique, le terme de « langage » a deux significations :

un concept abstrait et un système linguistique, par exemple le français.

Le linguiste suisse Ferdinand de Saussure, qui a défini la discipline moderne de la linguistique, a formulé  la distinction entre trois termes :

le langage (pour référer au concept),

la langue (une instance spécifique du système langagier) exemple le français)

et la parole (l'aspect concret de l'utilisation de la voix dans une langue particulière)

 

Des bribes...

 

Nous avons une tendance natuelle à faire confiance au langage et à langue, commune à un groupe social  et système abstrait de signes", somme des images verbales emmagasinées chez tous les individus"(Saussure)

Le langage, faculté indispensable pour la pensée et la conscience de soi

(voir ton cours ou recherche internet)

Cette confiance peut-elle être totale ou faut-il se méfier du langage?

-Les linguistes en ont catalogué les fonctions. (à développer), les grammairiens , son bon usage et ses difficultés.

 

Le langage a ses limites (se référer aux textes de Bergson)

 

Il peut également nous influencer, nous manipuler, nous endoctriner...

exemple du mensonge

 Kant.  le mensonge  rompt la promesse implicite du langage,  toute parole étant  un acte qui inclut  un engagement, un serment 

 

Dans Le Sophiste, Platon évoque  « une technique, s’occupant des raisonnements, capable d’ensorceler les jeunes gens encore loin de la vérité des choses, par l’intermédiaire de mots destinés aux oreilles qui montrent des images parlées de toutes choses pour leur faire croire que ce qu’ils écoutent est vrai et que celui qui parle est le plus sage de tous » (234c)

Les sophistes enseignaient la rhétorique , technique de pouvoir , art d’argumenter , en étant capables de soutenir avec vraisemblance une idée et le contraire , désolidarisés du souci de la vérité.

 

 


Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte