Texte de Spinoza, L'éthique, livre III, proposition 2

Publié le 26 nov. 2017 il y a 2 mois par rosamimi - Fin › 29 nov. 2017 dans 2 mois
10

Sujet du devoir

Voici l'extrait du texte à étudier: 

"Certes les affaires des hommes seraient en bien meilleur point s’il était également au pouvoir des hommes tant de se taire que de parler. Mais, l’expérience l’a montré surabondamment, rien n’est moins au pouvoir des hommes que de tenir leur langue, et il n’est rien qu’ils puissent moins faire que de gouverner leurs désirs; et c’est pourquoi la plupart croient que notre liberté d’action existe seulement à l’égard des choses que nous désirons modérément, parce que l’appétit de ces choses peut aisément être contrarié par le souvenir d’une autre chose dont nous souvenons souvent ; mais que nous ne sommes pas du tout libres à l’égard des choses que nous désirons vivement et que le souvenir d’une autre chose ne peut apaiser. Mais, en vérité, s’ils ne savaient par expérience que maintes fois nous regrettons nos actions et que souvent, quand nous sommes dominés par des affections contraires, nous voyons le meilleur et faisons le pire, rien ne les empêcherait de croire que toutes nos actions sont libres. C’est ainsi qu’un petit enfant désirer librement le lait de sa mère, un jeune garçon en colère vouloir se venger, un peureux prendre la fuite. Un homme en état d’ébriété aussi croit dire par un libre décret de l’esprit ce que, sorti de cet état, il voudrait avoir tu (...) L’expérience donc fait voir aussi clairement que la raison que les hommes se croient libres pour cette seule cause qu’ils sont conscients de leurs actions et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés ; en outre, elle montre que les décrets de l’esprit ne sont rien d’autre que les appétits eux-mêmes, et varient en conséquence selon la disposition variable du corps."

Où j'en suis dans mon devoir

1) Quelle preuve avance Spinoza à l'appui de sa thèse ?

2) Quelles sont les deux croyances que ce texte remet en cause ?

3) Quelles sont les conséquences de la thèse de Spinoza ?

 

1) Selon Spinoza, il sera nécessaire de passer par une « confirmation expérimentale », de faire appel donc à la Raison pour comprendre des phénomènes constatés dans les sociétés humaines. Cela devra passer par une réhabilitation du Corps et de son importance, dévalorisé par le fait que le plus grand nombre est persuadé que l’Âme, par son « art de penser » meut le Corps, et qu’on en déduit que le Corps est une chose sans vie propre, une enveloppe dépendante d’un pouvoir, d’une « volonté » dira Spinoza, autre que celle qui lui est propre, en l’occurrence celle de l’Âme. L’auteur en appelle donc à notre Raison et à l’expérience pour nous remémorer ces questions que l’on se pose quant à l’action de certaines fonctions du Corps qui échappent à notre connaissance.

2) Je n'y arrive pas

3)la liberté de la volonté, dont les hommes se prévalent si volontiers, n’est que pure illusion ; elle ne s’applique à rien de réel, mais témoigne plutôt de leur ignorance à l’égard de l’ordre de la Nature. Ils imaginent une liberté de la volonté s’exprimant à travers les décrets de l’esprit, mais ne parviennent pas à saisir les « causes » réelles qui les déterminent à agir : la puissance du corps et la force des passions. Il faut comprendre ici que cette illusoire liberté engendre, paradoxalement, la servitude humaine à l’égard du réel. Ne comprenant pas l’ordre réel de la Nature, les hommes se condamnent à le subir ; en le subissant, ils tentent de s’y soustraire en imaginant d’autres voies ; en imaginant d’autres voies, ils oscillent entre l’espoir et la crainte, ces deux puissants ferments de la superstition.

 

Merci pour votre aide.




6 commentaires pour ce devoir


Il faut être inscrit pour accéder aux réponsesInscription gratuiteOUJ'ai déjà un compte
10
Gamy
Gamy
Posté le 26 nov. 2017

http://chemins-de-philosophie.over-blog.com/2016/09/l-esprit-et-le-corps-selon-spinoza.html

Mais, l’expérience l’a montré surabondamment, rien n’est moins au pouvoir des hommes que de tenir leur langue, et il n’est rien qu’ils puissent moins faire que de gouverner leurs désirs;

 

rosamimi
rosamimi
Posté le 26 nov. 2017

Je n'ai pas compris ?

Gamy
Gamy
Posté le 26 nov. 2017

1) les hommes ne savent pas se taire

2)ils ne sont pas maîtres de leurs désirs

rosamimi
rosamimi
Posté le 26 nov. 2017

Merci.

Gamy
Gamy
Posté le 26 nov. 2017

Bonne suite!

 

MDT44
MDT44
Posté le 26 nov. 2017

Pour la question 2

Quelles sont les deux croyances que ce texte remet en cause ?

 ils  croient avoir la maîtrise de leurs désirs.(Même réponse que Gamy)

Je répondrais que les hommes croient  à leur libre arbitre mais ignorent les causes qui les font agir (« Je vois le meilleur et je l’approuve, et cependant, je fais le pire »

(ne pas tenir leur langue en est l'exemple)


Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte