Corpus sur les poemes

Publié le 9 janv. 2019 il y a 5 mois par pch.angele1661 - Fin › 13 janv. 2019 dans 5 mois
1

Sujet du devoir

Bonjour, j'aurais besoin d'aide pour mon corpus sur 3 poèmes. Es ce que quelqu'un pourrait l'aider à trouver les arguments Naissaisaire pour 2 ou 3 paragraphe? 

Mon premier poème est de remy Belleau "l'huitre" :

Voyez comme elle est beante

 Afin de succer les pleurs

De l’Aurore, larmoiante

Les rousoiantes douceurs.

Quand de sa couche pourprée

Elle bigarre l’entrée

Du matin de ses couleurs !

Puis si tôt qu’elle est comblée

Jusques aus bors plainement

De ceste liqueur, coulée

Du celeste arrosement,

Aussi tôt ell’ devient grosse

Dedans sa jumelle fosse,

D’un perleus enfantement.

Car sucçotant elle atire

Peu à peu le teint pareil ,

Dont la nue se remire  

Par les raions du soleil : 

Si pure, elle est blanchissante,

S’elle est passe, pallissante,

Si rouge, ell’ prend le vermeil.

Tant sa nature est cousine

Du ciel, qu’ell’ ne daigne pas,

Vivant en plaine marine,

Y prandre un seullet repas,

Comme ayant la cognoissance 

Que de la celeste essence

Tout bien decoule ça bas. 

 

Le second est de la fontaine "le rat et l'huitre" :

Un Rat hôte d'un champ, Rat de peu de cervelle,  Des Lares paternels un jour se trouva soû. Il laisse là le champ, le grain, et la javelle,

Va courir le pays, abandonne son trou.             

Sitôt qu'il fut hors de la case,  Que le monde, dit-il, est grand et spacieux !  Voilà les Apennins, et voici le Caucase :  La moindre taupinée  était mont à ses yeux.  Au bout de quelques jours le voyageur arrive  En un certain canton où Thétys  sur la rive  Avait laissé mainte Huître ; et notre Rat d'abord  Crut voir en les voyant des vaisseaux de haut bord.  Certes, dit-il, mon père était un pauvre sire :  Il n'osait voyager, craintif au dernier point :  Pour moi, j'ai déjà vu le maritime empire :  J'ai passé les déserts, mais nous n'y bûmes point.  D'un certain magister le Rat tenait ces choses,              Et les disait à travers champs ;  N'étant pas de ces Rats qui les livres rongeants              Se font savants jusques aux dents.              Parmi tant d'Huîtres toutes closes,  Une s'était ouverte, et bâillant au soleil,  Par un doux zéphir réjouie,  Humait l'air, respirait, était épanouie,  Blanche, grasse, et d'un goût, à la voir, nompareil.  D'aussi loin que le Rat voir cette Huître qui bâille :  Qu'aperçois-je ? dit-il, c'est quelque victuaille ;  Et, si je ne me trompe à la couleur du mets,  Je dois faire aujourd'hui bonne chère, ou jamais.  Là-dessus maître Rat plein de belle espérance,  Approche de l'écaille, allonge un peu le cou,  Se sent pris comme aux lacs ; car l'Huître tout d'un coup  Se referme, et voilà ce que fait l'ignorance.  Cette fable contient plus d'un enseignement.              Nous y voyons premièrement :  Que ceux qui n'ont du monde aucune expérience  Sont aux moindres objets frappés d'étonnement :              Et puis nous y pouvons apprendre,              Que tel est pris qui croyait prendre.   

 

Le 3 eme est de Ponge "l'huitre" :

L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos.

A l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en dessus s'affaissent sur les cieux d'en dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords.

Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.

 

La question : montrez en quoi la description de l'huître sous la plume de ponge, Belleau et La fontaine renvoie à l'image du texte poétique lui-même et à son fonctionnement




2 commentaires pour ce devoir


gamy1
gamy1
Posté le 9 janv. 2019

"Naissaisaire"

 

Qui est ce?

pch.angele1661
pch.angele1661
Posté le 9 janv. 2019

Je demande de l'aide, pas une correction de fautes d'orthographes. 

Tout est expliqué dans le texte il y a les poèmes et la question j'aimerai au moins qu'on aide à trouver les idées, les parties.


Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte