Oral de francais sur le Rouge et le Noir de Stendhal

Publié le 22 juin 2016 il y a 6A par Anonyme - Fin › 25 juin 2016 dans 6A
1

Sujet du devoir

 Voici l'un des texte de mon oral : 

 


"Pour lui, il arriva séduit, admirant, et presque timide à force d'émotion, dans le premier des salons où l'on dansait. On se pressait à la porte du second, et la foule était si grande, qu'il lui fut impossible d'avancer. La décoration de ce second salon représentait l'Alhambra de Grenade.
- C'est la reine du bal, il faut en convenir, disait un jeune homme à moustaches, dont l'épaule entrait dans la poitrine de Julien.
- Mlle Fourmont, qui tout l'hiver a été la plus jolie, lui répondait son voisin, s'aperçoit qu'elle descend à la seconde place : vois son air singulier.
- Vraiment elle met toutes voiles dehors pour plaire. Vois, vois ce sourire gracieux au moment où elle figure seule dans cette contredanse. C'est, d'honneur, impayable.
- Mlle de La Mole a l'air d'être maîtresse du plaisir que lui fait son triomphe, dont elle s'aperçoit fort bien. On dirait qu'elle craint de plaire à qui lui parle.
- Très bien ! voilà l'art de séduire.
Julien faisait de vains efforts pour apercevoir cette femme séduisante ; sept ou huit hommes plus grands que lui l'empêchaient de la voir.
- Il y a bien de la coquetterie dans cette retenue si noble, reprit le jeune homme à moustaches.
- Et ces grands yeux bleus qui s'abaissent si lentement au moment où l'on dirait qu'ils sont sur le point de se trahir, reprit le voisin. Ma foi, rien de plus habile.
- Vois comme auprès d'elle la belle Fourmont a l'air commun, dit un troisième.
- Cet air de retenue veut dire : Que d'amabilité je déploierais pour vous, si vous étiez l'homme digne de moi !
- Et qui peut être digne de la sublime Mathilde ? dit le premier : quelque prince souverain, beau, spirituel, bien fait, un héros à la guerre, et âgé de vingt ans tout au plus.
- Le fils naturel de l'empereur de Russie... auquel, en faveur de ce mariage, on ferait une souveraineté... ou tout simplement le comte de Thaler, avec son air de paysan habillé...
La porte fut dégagée, Julien put entrer.
Puisqu'elle passe pour si remarquable aux yeux de ces poupées, elle vaut la peine que je l'étudie, pensa-t-il. Je comprendrai quelle est la perfection pour ces gens-là.
Comme il la cherchait des yeux, Mathilde le regarda. Mon devoir m'appelle, se dit Julien ; mais il n'y avait plus d'humeur que dans son expression. La curiosité le faisait avancer avec un plaisir que la robe fort basse des épaules de Mathilde augmenta bien vite, à la vérité d'une manière peu flatteuse pour son amour-propre. Sa beauté a de la jeunesse, pensa-t-il. Cinq ou six jeunes gens, parmi lesquels Julien reconnut ceux qu'il avait entendus à la porte, étaient entre elle et lui.
- Vous monsieur, qui avez été ici tout l'hiver, lui dit-elle, n'est-il pas vrai que ce bal est le plus joli de la saison ?
Il ne répondait pas.
- Ce quadrille de Coulon me semble admirable et ces dames le dansent d'une façon parfaite.
Les jeunes gens se retournèrent pour voir quel était l'homme heureux dont on voulait absolument avoir une réponse. Elle ne fut pas encourageante.
- Je ne saurais être un bon juge, mademoiselle ; je passe ma vie à écrire : c'est le premier bal de cette magnificence que j'aie vu.
Les jeunes gens à moustaches furent scandalisés.
- Vous êtes un sage, monsieur Sorel, reprit-on avec un intérêt plus marqué ; vous voyez tous ces bals, toutes ces fêtes, comme un philosophe, comme J.-J. Rousseau. Ces folies vous étonnent sans vous séduire.
Un mot venait d'éteindre l'imagination de Julien et de chasser de son coeur toute illusion. Sa bouche prit l'expression d'un dédain un peu exagéré peut-être.- J.-J. Rousseau, répondit-il, n'est à mes yeux qu'un sot, lorsqu'il s'avise de juger le grand monde ; il ne le comprenait pas, et y portait le coeur d'un laquais parvenu."

 

Mon plan est : I/Topos de la scene de bal

                        a) scene classique (l'attente des deux personnages, la rencontre, le lieu)

                        b)magnificience du bal (lieu comparé à l'alhambra donc lieu majestueux, description de robes de soiree porté par les femmes..abondance d'adjectif meilloratif)

                         c)la rencontre aoureuse( 

                    II/un monde d'apparance où règne l'hhypocrisie

                         a)une conversation (le dialogue entre les personnages exterieurs, discours direct

                         b)ton ironique (les hommes critique les femmes du bal,ils se moquent d'elles

                         c)la satire de l'hypocrisie sociale (les hommes se moquent aussi de la coquetterie des femmes du bal et ne font que de parler d'elles= coté admiratif) + physique mise en avant donc l'intelligence n'a aucune importance 

 

                    III/Julien un anti hero

                            a) pas comme les autres 

                            toujours mise à l'ecart ligne 13 , ligne 33 "l'homme heureux" il ne se sent pas a sa place car il n'a pas l'habitude de participer à ces bals = naif

 

Je ne sais pas comment faire ma conclusion , pouvez vous m'aider svp




0 commentaire pour ce devoir



Ils ont besoin d'aide !

Il faut être inscrit pour aider

Crée un compte gratuit pour aider

Je m'inscrisOU

J'ai déjà un compte

Je me connecte